Skip to main content

Full text of "Tableaux de maîtres anciens"

See other formats







K 




% 



âU! 



.-s 



m 



■c 9 



; 









aaâÂ.âAAhAA*Aaà.aA^ÇC?aaa'VA 



WàÊÙÊLKJi SI* 






*«W\qw 



^A*ÎaA**Î'*^ a * 









^>- -— " 



* a r * . 



aâA A^ n '' nr i^^A AA ' ÂÂA^A' 1 



• ^«^^ 



yySyrçîflJ 



»A<~>oAonî' 






fey i^^^ 



CAA^aaa a 



^aI.T WTT7.T V ai 



\^f\^ m f\^wr 



mW 






LIBRARY OF THE 

John G. Johnson Collection 

CITY OF PHILADELPHIA 






i^A^A 



y*»Vi 






.A.A*- A ' 



^^A^A^ A Ar^AA,îR%^cv C ;^.^^' 



1 h^aAÂ *, a « a « r «a a A A A A 






^- » » «lui' ...:»iA'* » ■»• A. 



AaA a AaA^va^A^-^. 



AI - A * 



A AaaA"V ' 



XJaJïJTlAwïOPiit 



Mf^Mïi 






J2y:!iUâWJluJ 



WfwtfWItfa 






. «aA.aÂ.A^aMMH .. 






^^V^KOT' 









,A^A, 






rôfà* 



5 S . 



mmzz^^^mismmmmm 



- r. Aï/\.A.'. . (\ ' 1 

A O A . /!> . C 



a «■ AaW _ . A . 



.„aaa,a. , ^ 









aMwMâM 



>v: t î;î> 









<**A A */*»*,* 



M*^ 



.ft*/Vtf 









; '^ ^ ~aaC^/» " ~ V 4ôl£'£Afl£ A a a 



aaV.'Aa' v A AnA A /VW,y?A ** '' 



„A«AaA 






mm 



îMSttato 












«Mj&K 






wuto" 



^:%*> 









Mm^ 



mmwrff 



tàMMtâà&M 



; - •- ' ; S .: 
aa,î : ^~ 



"AaAa^AA 



sk^^i 



^ftfi^aas^ 



AL*Jj'^iTÂW^WAj,T«ffjAi»iÂlMâl'Tv 






3^^^mmmci 



" y v u yywv '' ' ' ' - * - - ' * ' R r ~- : 5 a A : a n 



W^tît^/!É( 






^^m^ 



fôiVWVtf 


















jajJaYaTTYtI 



AÀI^ÏK 












.m&^«4»A»a. 






$y% 



'âXAOaA. a 



Digitized by the Internet Archive 

in 2013 



http://archive.org/details/tematresOOhtel 



TABLEAUX 



DE MAITRES ANCIENS 



ET 



TABLEAUX ET DESSINS MODERNES 
Appartenant à M. le Baron de B... 



CATALOGUE 



DE 



TABLEAUX 



D E 



MAITRES ANCIENS 



ET DE 



TABLEAUX ET DESSINS MODERNES 
Appartenant à M. le baron de B..9/ v 

DONT LA VENTE AURA LIEU 

HOTEL DROUOT, SALLES N os 8 et 9 
Les Lundi 21 et Mardi 22 Mai 1883, 

A DEUX HEURES. 



COMMISSAIRE-PRISEUR 

W PAUL CHEVALLIER, Succ r de M e CHARLES PÏLLET 

10, rue de la Grange-Batelière, 10 

EXPERTS 

Pour les Tableaux anciens 



M. CH. GEORGE 

12, rue Laflitte 



M. E. FERAL, 

54, Faubourg-Montmartre- 



Pour les Tableaux modernes 

M. GEORGES PETIT, 12, rue Godot-de-Mauroi. 

Che\ lesquels se trouve le présent Catalogue. 



EXPOSITIONS 



Particulière 
Le Samedi 1 g Mai i883 

De 1 heure à 5 heures 



Publique 

Le Dimanche 20 Mai iS85 

De 1 heure à 5 heures 



CONDITIONS DE LA VENTE 



Elle sera faite au comptant. 

Les adjudicataires payeront cinq pour cent en sus des 
enchères. 



Paris. "" Typ. P«.l=t et Dumoch», 5, rue des Grands-Augustiai. 



ÉCOLE FRANÇAISE 



BOILLY 

(LOUIS-LÉOPOLD) 
1761. — 1845, Paris. 

Le Petit dénicheur d'oiseaux. 

Une jeune femme aux cheveux noirs bouclés, 
tête nue, vêtue d'une robe de soie blanche, est 
en promenade dans les champs avec ses deux 
enfants. 

Elle s'est arrêtée pour acheter un oiseau à un 
jeune garçon qui se baisse pour l'introduire dans 
une cage ouverte, tenue par le plus jeune des en- 
fants, garçonnet blond, aux yeux bleus. En 
même temps, la sœur aînée atteint une pièce de 
monnaie et semble consulter sa mère sur le 
payement de l'acquisition. 

Signé à gauche, en bas. 

Toile. Haut. 34 cent.; larg., 27 cent. 



J 






BOUCHER 

(FRANÇOIS) 
1704. — 1770, Paris. 

La Leçon de lecture. 

A l'ombre des arbres, au pied d'un mur tapissé 
de vigne vierge, une jeune femme assise, tournée 
de profil, apprend à lire à une fillette, dans un 
livre ouvert sur ses genoux. Un homme place 
des fruits sur un guéridon en pierre. 

A gauche, un petit chien jappe, monté sur une 
chaise en bois. A terre, une corbeille contenant 
des pelotes de laine. 

Signé F. Boucher, 1766. 

Toile ovale. Haut., 42 cent.; Iarg., 35 cent. 



BOUCHER 



I 



j — Le Fleuve Scamandre. 



(Conte de La Fontaine). 
Se croyant seule, la jeune fille vient de quit- 
ter ses vêtements et trempe le bout de son pied 
dans l'eau. A droite, se cache dans les roseaux 
le séducteur Cimon qui s'est couronné de 
plantes aquatiques pour jouer son rôle de Divi- 
nité fluviale. 

Signé et daté 1763. 

Toile ovale. Haut., 60 cent.; Iarg., 5o cent. 



— b — 

BOUCHER 

(F.) 

4 — Le Bât. 

(Conte de La Fontaine). 
Le jeune artiste, tenant un pinceau et un go- 
det de couleur, est à genoux devant la femme de 
son confrère, déshabillée au milieu de l'atelier. 
Un âne est dessiné au crayon blanc sur une toile 
posée sur un chevalet. 

Toile. Haut., 40 cent.; larg., 32 cent. 

CHARDIN 

(J.-B. SIMÉON) 

Né à Faris en 1699, mort en 1779. 



5 — Le Larron en bonne fortune. 

C'est un chat au pelage moucheté de fauve et 
de roux qui s'est glissé dans le garde-manger. 
Debout sur la table, la queue redressée, il porte 
la patte sur une large tranche de saumon qui 
s'étale dans un plat en poterie verte. —A droite, 
un poireau et un oignon auprès d'un mortier à 
sel. Au-dessus, deux harengs pendus à un croc. 

Signé et daté ij58. 

Toile. Haut., 80 cent., larg., 64 cent. 



/yà-J 



— 6 — 
CHARDIN 

(J.-B. S.) 



!<-" 







6 — Le Chat friand d'huîtres. 



Deux des succulents mollusques sont posés 
tout ouverts sur une table, à portée de la patte 
d'un chat qui, grimpé sur une miche de pain, 
s'efforce de les attirer à lui. Un petit pichet et un 
couteau sont aussi placés sur la table, ainsi qu'un 
plateau en poterie verte dressé de champ contre 
le mur. 

Une raie est suspendue au croc du garde- 
manger. 

Signé en bas. 

Toile. Haut., 8o cent.; larg., 64 cent 



CHARDIN 

(J.-B. S.) 

7 — Nature morte. 

Deux grappes de raisin blanc, une poire, deux 
marrons, une théière en faïence blanche, sur 
une table de pierre. 

Signé à gauche : Chardin, 1764. 

Toile. Haut., 32 cent.; larg., 40 cent. 



CHARDIN 

(J.-B. S.) 

8 — Le Benedicite. 

Une jeune mère fait réciter la prière à une 
petite fille assise devant elle ; une autre fillette, 
un peu plus grande, se tient debout derrière la 
chaise de sa sœur. 

Esquisse. 

Toile. Haut., 45 cent.; larg., 36 cent. 



CHARDIN 

(J.-B. S.) 



Portrait de femme. 

A mi-corps, presque de face, les deux mains 
dans un manchon; bonnet blanc recouvert d'une 
pointe de dentelle noire nouée sous le men- 
ton ; robe à ramages et fichu en dentelle aux 
épaules. 

Pastel. Haut., 64 cent.; larg., 52 cent. 



r*o 



f-z,* 



s 



X 



; 



COYPEL 

(CHARLES-ANTOINE) 
1694. — '75a, Paris. 

10 — Portrait d'une actrice. 

Jeune femme en costume de théâtre, corsage 
rayé de jaune passé sur une robe blanche, 
ruban au cou, perles et bijoux aux oreilles, à la 
poitrine et sur l'épaule. Elle tient une trom- 
pette. Buste. 

Toile ovale. Haut., 40 cent.; larg., 35 cent. 

DROUAIS 

(FRANÇOIS-HUBERT) 
Né à Paris, en 1727. — Mort en 1772. 

1 1 — Portrait présumé de M lle Le Nor- 

mant d'Etiolés, fille de la marquise de 
de Pompadour. 

Elie est vue presque de face, à mi-corps, dans 
un charmant costume de satin rose orné de 
fourrure blanche; une rose au côté gauche du 
corsage. Sa coiffure poudrée est relevée de perles, 
d'une aigrette et de fleurettes de nuance assortie 
au costume. 

Le velouté des chairs sous lesquelles on voit 
circuler le sang, la douceur du regard, la 
coquetterie de l'ajustement rendent, ce portrait 
tout à fait charmant. 

Toile ovale. Haut., 66 cent.; larg., >4 cent. 



-f 



CD 



tiHiai.v 




Jmp . d fîl 



a C JC ar<7///^c àe .JusmpcuJi 



? 



'/' 



>///\ 



— 9 — 



DROUAIS 

(FRANÇOIS HUBERT) 



i 2 — Portrait présumé de la marquise de 
Pompadour. 



A mi-corps, presque de face, les cheveux frisés 
et poudrés. Elle est vêtue d'une robe blanche 
décolletée et à manches courtes, laissant les bras 
nus. De la main droite elle ramène sur sa poi- 
trine une peau de léopard, fixée à Tépaule par 
un cordon rouge. Elle porte un collier et un 
bracelet de perles. 

Ce portrait, de tout point ravissant, est signé 
ainsi : Drouaislefils 1760, 

Gravé par Ramus. 



Toile. Haut., 64 cent.; larg v 52 cent. 

2 






— 10 



FRAGONARD 

(HONORÉ) 
Né à Grasse, en 1732. — Mort à Paris, en 1806. 



1 j — Renaud dans les jardins d'A rmide. 



Au milieu d'un essaim d'amours et de nym- 
phes jouant de divers instruments, Armide appa- 
raît aux regards charmés du héros guidé par les 
Grâces dans les charmilles des Jardins en- 
chantés. 

Toutes les séduisantes qualités de l'inimitable 
Fragonard, la verve impétueuse de la brosse, le 
charme exquis de l'effet, la grâce et la souplesse 
delà forme, se trouvent réunies dans cette éton- 
nante et admirable composition, d'une haute 
importance dans l'œuvre du maître. 

Gravé par Ch. Courtry. 

Toile. Haut., 71 cent.; larg., 90 cent. 




Vs 



4 



1 1 — 



FRAGONARD 



(H.) 



14 — La Visite à la nourrice. 



Dans un intérieurde la campagne, deux jeunes 
époux venus de la ville contemplent leur enfant 
qui dort dans son berceau. A gauche, la nour- 
rice semble par son attitude leur recommander 
le silence. Ses deux enfants debout dans le fond 
de la chambre se tiennent serrés l'un contre 
l'autre et examinent timidement les deux visi- 
teurs. 

Par la fenêtre pénètre un chaud rayon de 
soleil qui éclaire cette scène touchante. 

Gravé par M"'" Ronveyre. 



Toile. Haut., 32 cent.; larg., 40 cent. 



j 



12 — 



FRAGONARD 

(Attribué à) 



iA 



1 5 — Les Lavandières 



Elles font la lessive dans un souterrain où 
monte une épaisse buée. 

Toile. Haut., 42 cent.; larg., 48 cent. 



GREUZE 

(JEAN-BAPTISTE) 
Né à Tournus, en 1725. — Mort en 1804. 



\6 — Jeune fi lie écrivant. 

T7" 1 I o oct ncctco or/'/Mi/ioo 



Elle est assise, accoudée à son bureau, vue à 
mi-corps, la figure de trois quarts à gauche, les 
cheveux blonds poudrés, coiffée d 1 un petit cha- 
peau orné de rubans bleus noués sous le menton, 
robe blanche, fichu de mousseline; elletientune 
plume et semble réfléchir. 

Toile. Haut., 65 cent.; larg., 5o cent. 



C,xeu,îces. 









■ 







■ 



Cfmp ^/^ $alsi 



cXorêrcul ùe c/Kj . de \ %&6êe . 



— i3 - 

GREUZE 

(J.-B.) 



17 — Portrait de M me de Viette. 

Vue Jusqu'à la ceinture, les cheveux blonds 
frisés, serrés par un ruban bleu orné de fleurs» 
robe bleue décolletée et bordée d'un galon d'or, 
fichu de gaze sur l'épaule gauche. 

Gracieuse peinture du maître. 

Ce portrait est acccompagné d'un autographe 
de Greuze ainsi conçu : 

Je certifie que dans l'année mil sept cent 
quatre vingt onze, j'ai fait pour M. de Viette le 
portrait de madame son épouse, plutôt par 
amitié que par intérêt, lequel il me demande 
pour sa propre jouissance, et je certifie de plus 
que je me chargeai pour l'obliger de faire faire 
par de Bréa, peintre en miniature, une copie de 
ce même portrait pour être placée sur une taba- 
tière qu'il destinait à son beau-père, desquels 
objets ayant été livrés, il me remit à la même 
époque trente-trois louis, dont vint-cinq pour le 
tableau et huit pour la copie. 

Signé : Greuze. 

Ce 14 prairial an 9. 

Gravé ■par Mordant. 

Toile oyale. Haut .i 60 cent.; larg., 49 cenc. 



/ 



— i 4 — 






GREUZE 

(J.-B. 



18 — L'Effroi. 



Le charmant et sympathique visage d'une 
jeune fille blonde, vue de trois quarts, se détache 
sur un ciel orageux. Ses cheveux et la voilette 
qui les couvre sont soulevés par le vent. Elle 
joint les mains à hauteur du menton et sa 
physionomie exprime la crainte. 

Peint de verve. De haute qualité. 
Gravé par Salmon. 

Bois. Haut., 45 cent.; larg., 38 cent. 




L'EFFROI 



JO 



GREUZE 

(J.-B.) 



Jeune fille blonde. 



De trois quarts, regardant à gauche, coiffée 
d 1 une fanchon, elle est vêtue d'une robe jaunâtre 
sur laquelle se détache un fichu blanc et un 
mantelet de soie noire. 

Collection Camille Marcille. 

Toile. Haut., 4.1 cent.; larg., 34 cent. 



yYc 



GREUZE 



(J.-B.) 



20 — Le Petit villageois. 

Garçon d'une douzaine d'années, à la cheve- 
lure blonde, bouclée, la tête légèrement inclinée 
sur l'épaule gauche. Il est vêtu d'un habit gris et 
d'un gilet rouge entr'ouvert sur la poitrine. — 
Buste. 

Charmant tableau, de la meilleure facture de 
l'artiste. 

Toile. Haut., 46 cent.; larg., 37 cent. 



P 



Y* 



J 






— 10 — 

GREUZE 

(J.-B.)] 

21 — La Méditation. 

Une jeune fille, aux cheveux blonds, accoudée 
sur une table, le front dans la main, les yeux 
baissés, semble absorbée dans une pensée de mé- 
lancolique regret. Ses épaules sont enveloppées 
d'un fichu jaunâtre. 

Toile. Haut., 40 cent.; larg., 3i cent 

HUET 

(JEAN-BAPTISTE) 

(?) 
11 — La Bonne aventure. 

Une jeune bohémienne, son enfant sur le dos, 
prédit l'avenir à deux bergères au repos sous les 
arbres, auprès d'un monument à cariatides en- 
vahi par les lianes et les plantes grimpantes. A 
gauche, un petit troupeau de moutons couchés 
sur le gazon. 

Ce tableau, très agréable de composition, a 
été aussi attribué à Boucher. 

Toile. Haut., 92 cent.; larg., 72 cent. 



LANCRET 

(NICOLAS) 
1690 — 1743. Paris. 



2} — La Collation des chasseurs. 



Dames et seigneurs sont réunis sur un plateau 
d'où la vue s'étend au loin dans la campagne. 

Un valet place les provisions sur la nappe 
étendue à terre. Une dame fait boire un chien 
dans son verre. A gauche, d'autres chiens gam- 
badent derrière un piqueur qui s'arrête auprès 
d'un carosse. 

Jolie exquisse, prestement brossée dans une 
gamme blonde très fine. 

Toile. Haut., 55 cent.; larg., 72 cent. 



LANCRET 

(N.) 



24 — La Bonne aventure. 

Dans l'allée ombreuse d'un parc, deux jeunes 
femmes ont rencontré une bohémienne qui leur 
dit la bonne aventure. 

Toile. Haut., 37 cent ; larg., 29 cent. 

3 






— 18 — 

LARGILLIÈRE 

(NICOLAS) 
i656 — 1746. Paris. 



2 5 — Portrait de jeune femme. 



fr 



ffJ 



Représentée de face, à mi-corps, le cou et les 
bras nus, vêtue d'une tunique rose, remontant 
sur Tépaule gauche, et d'un manteau de velours 
gros bleu, doublé de satin blanc, qu'elle ramène 
de la main droite sur sa poitrine. De la main 
gauche elle attache avec une faveur bleue une 
boucle de ses cheveux qui sont coiffés à la Main- 
tenon. 

Toile ovale. Haut., go cent.; larg., 71 cent. 



LA TOUR 

(MAURICE-QUENTIN DE) 
1704 — 1788. Saint-Quentin. 

2 6 — Portrait de l 'artiste. 

En buste, de trois quarts, tourné vers la gau- 
che, cheveux poudrés, cravate blanche et jabot, 
gilet rouge, habit violet. 






Pastel. Haut., 54 cent.; Iarg., 44 cent. 



— ig — 



LE NAIN 

(MATTHIEU) 
1607 — 1677. 

21 — Portrait d'un savant. 



7 



Tête nue, vu de trois quarts, il porte la mous- 
tache et la barbiche. Accoudé sur le dossier du 
fauteuil, la main gauche appuyée sur un livre, 
il soulève de la main droite une petite croix 
appendue à une chaînette d'or qui retombe sur 
sa poitrine. Une fraise plissée et des man- 
chettes unies contrastent avec les nuances som- 
bres de son costume. 

La fermeté du dessin, l'accentuation rigide de 
la forme, la sobriété de la couleur, la puissance 
de la vitalité, tout est admirable dans ce superbe 
portrait. 

Dans la célèbre collection dont il a fait partie, 
il passait pour représenter l'astronome Tycho- 
Brahé. En ce cas, il ne pourrait être l'œuvre de 
Matthieu Le Nain mais serait plutôt de François 
Pourbus, auquel il a été aussi attribué. 

Galerie San-Donato. 

Toile ovale. Haut., 80 cent.; larg., 62 cent. 






20 



NATTIER 

(JEAN-MARC) 
Né à Paris en i685. — Mort en 1766. 



r^T 



28 — Portrait de la duchesse de ***. 



Fière, impérieuse, regardani vers la gauche, 
portée sur une nuée, elle répand des rieurs sur 
son passage accompagnée par le Génie des arts, 
Tétoile sur le front, le flambeau à la main. 
Quelques fleurs sont piquées dans ses cheveux 
châtains qui retombent en longues tresses der- 
rière le cou. Elle a pour vêtement une tunique 
blanche décolletée, à manches relevées, et main- 
tenues près de l'épaule par une rangée de per- 
les. Uneécharpe bleue flotte autour du corps. 

Ce portrait a été gravé anciennement. 
Gravé par Gaujean. 

Toile. Haut., 1 mètre; larg., 80 cent. 



a 




or. 



//-(/// <)c t<7 ^/h/c/jc,),) 



e xx.x. 



— 2 1 — 

NATTIER 

(J.-M.) 

29 — Madame Victoire, fille de Louis XV. 

En buste, de face, représentée en Diane chas- 
seresse, la tête surmontée du croissant, tenant 
un arc des deux mains, les épaules nues, elle 
est vêtue d'une tunique recouverte d'une peau 
de léopard. 

Toile. Haut., 65 cent.; larg., 55 cent. 



NATTIER 

(J.-M.) 

jo ■ — Portrait de Jeune femme. 

En peignoir de soie grise, agrémenté d'une 
bordure rose bouillonnée, avec perles, bijoux 
sur la poitrine, son charmant visage, vu de face, 
se détache sur un rideau bleu. Des rubans rou- 
ges et une plume noire sont fixés dans ses che- 
veux châtains. — Buste. 

Toile ovale. Haut., 63 cent.; larg., 5i cent. 



22 



NATTIER 

(J.-M.) 

] i — Portrait de Jeune femme. 

Représentée de face, en peignoir blanc avec 
écharpe de soie bleue descendant de l'épaule. 
Les cheveux sont poudrés et enroulés dans un 
cordon de perles. Fond uni avec quelques feuil- 
les de chêne à droite. 

Portrait en buste. 

Toile ovale. Haut , 60 cent.; larg., 5o cent. 



OUDRY 

(JEAN-BAPTISTE) 
Né à Paris en 1686. — Mort en 1755. 



)i — Renard et Poule. 



r> 



Un renard a surpris une poule ; il la main- 
tient sous ses pattes et glapit en tournant la tête 
du côté d'une ferme qu'on aperçoit à droite, au 
second plan. 

Toile. Haut., 67 cent.; larg., 1 mètre. 



- 2 3 - 

PERRONEAU 

(JEAN-BAPTISTE) 
17 15 — 1783. 



jz — Portrait présumé de M' ne Favarl. 

De trois quarts, rubans roses dans ses cheveux 
poudrés, collier de perles, robe bleue en soie 
brochée. —Buste. 

Pastel. Haut., 3o. cent.; larg., 3o cent. 



PRUD'HON 

(PIERRE) 
Né à Cluny en 1758. — Mort à Paris en i823. 

24 — La Chute des Anges rebelles. 

Composition séparée en deux groupes dis- 
tincts : dans la partie supérieure, Dieu le Père, 
porté par des Anges, vêtu d'une tunique blan- 
che et d'un manteau bleu qui flotte, les bras 
surélevés, les mains armées de la foudre; dans la 
partie inférieure, les anges déchus, se tordant 
dans les convulsions du désespoir. 

Belle esquisse, très énergique, signée P. 
Prud'hon. 

Collection Laperlier. 

Haut., 48 cent.; Iarg., 29 cent. 



1J~6> 



r<à 



— "M — 

ROBERT 

(HUBERT) 
1733 — 1808. Paris. 






jj — La Fontaine monumentale. 

Des laveuses entourent le réserv 



I » 



Des laveuses entourent le réservoir d'une ma- 
gnifique fontaine, flanquée de statues sur des 
piédestaux et dont les nombreuses vasques se 
superposent dans une niche, au milieu d'une 
façade décorée de sculptures. 

On monte à cette fontaine^par un large esca- 
lier de pierre, orné en haut de lions en bronze 
lançant par leurs gueules ouvertes des jets d'eau 
dans de petits bassins échelonnés sur les degrés. 

Toile. Haut., 42 cent.; larg., 33 cent. 



ROBERT 

(H.) 

(PENDANT DU PRECEDENT; 

}6 — Thermes antiques. 

Autour d'un bassin sont rangées des laveuses, 
dans une ancienne salle de bains à coupole 
supportée par quatre colonnes. Au premier 
plan deux femmes tordent le linge. 

Toile. Haut., 42 cent.; Iarg., 33 cent. 



— 25 - 

ROBERT 

(H.) 

37 — La Galerie en ruines. 

Plusieurs promeneurs, un homme conduisant 
deux chevaux par la bride, des laveuses se ren- 
dant à la fontaine, circulent au pied d'un large 
escalier décoré de statues et qui mène à une an- 
cienne galerie à colonnes, divisée en travées 
régulières par de grandes arches délabrées. 

Toile. Haut., 40 cent.;larg., 3i cent. 



ROBERT 

(H.) 

(PENDANT DU PRECEDENT ) 



}8 — La Gondole. 

Une gondole, pourvue d'une tente pour les 
promeneurs, aborde les degrés qui entourent la 
pièce d'eau. 

De magnifiques arcades, dans le style d'arcs 
de triomphe, forment une immense cour d'hon- 
neur où l'on accède par de vastes escaliers. 

Toile. Haut., 40 cent.; larg., 3i cent. 

4 









26 — 






/J 



TOCQUE 

(LOUIS) 
Né en 1696. — Mort au Louvre en 1772. 



jp — Portrait de jeune femme. 



Elle est représentée de trois quarts, jusqu'aux 
genoux, assise dans la campagne, tenant des deux 
mains une guirlande de rieurs. Elle est vêtue 
d'une robe de satin blanc à manches larges, dou- 
blées de soie violette. Un nœud de même nuance 
est fixée autour du corsage. Des fleurettes bleues 
ornent ses cheveux bouclés et poudrés. 

Très beau portrait d'une exécution remar- 
quable et d'un coloris argentin très flatteur. 

Signé à droite sur le tronc d'un arbre et daté 

1/47- 

Gravé par Ramus. 



Toile. Haut., 98 cent.; larg., 77 cent. 



Ccrcaue . 




•\<?y/?//,) t >< 



^Co/'/~r<i(/~ <)(' l/('//////(' 



— 2 7 — 

VESTIER 

(ANTOINE) 
1786. Avallon. 



40 — Portrait présumé de M me Roland. 



Tournée vers la droite et vue de trois quarts; 
cheveux abondants, bouclés et légèrement pou- 
drés ; vêtue d'un peignoir recouvert d'une mante 
de soie verte. 

Un autre portrait de M me Roland, par Vestier, 
de moindre dimension et dans une pose un peu 
différente, fait partie de la galerie La Caze, au 
Louvre. 

Toile. Haut., 71 cent.; larg., b-j cent. 



WATTEAU 

(ANTOINE) 
Né à Valenciennes en 1684. — Mort en 1721. 

41 — L'Assemblée au parc. 

Sept personnages , tout pimpants dans leurs 
charmants costumes d'étoffes chatoyantes, sont 
réunis dans un parc, auprès d'une fontaine en 
rochers surmontée de deux sources. 

Une dame tenant sa jupe à deux mains es- 
quisse un pas de menuet : debout derrière elle, 
un galant, les mains derrière le dos, lui glisse à 
l'oreille quelques mots doucereux. Un autre ga- 
lant lutine sa belle sur le gazon ; une jeune 
femme, à droite, assise au pied de la fontaine, 
en toilette toute rose, joue avec son éventail. 
A gauche, un couple d'amoureux sous l'ombrage 
des arbres. 

Toile. Haut., 37 cent.; larg., 47 cent. 



u 



28 — 



WATTEAU 

(ANTOINE) 



42 — L'Ile enchantée. 



« A droite et à gauche, de grands arbres qui 
bordent un lac, derrière lequel se déroule une 
chaîne de montagnes. 

« Au premier plan, à droite, un cavalier et 
une dame se promènent. 

« Tout le côté gauche est occupé par huit 
autres cavaliers et sept dames étendues sur l'herbe 
où ils devisent d'amour. Un couple est debout 
dans le coin à gauche. » 

Collections de M. Cartaud , de Sir Johsua 
Reynolds et de M. Holworthy. 

Galerie de M. John W. Wilsnn, n° 25 du ca- 
talogue. 

Gravé par J. P. Lebas et par G. Greux. 

Toile. Haut., 46 cent.; larg., 56 cent. 



— 29 — 



ECOLE DE BOURGOGNE 

(XV« ;SIÈCLE) 



4) — Un Evêque bénissant. 

« Il est debout, suivi de son clergé, devant 
une église gothique; un malade couvert d'un 
manteau, un linge blanc noué autour de la tête, 
s^genouille pour recevoir sa bénédiction ; il 
est accompagné par un groupe de personnages 
parmi lesquels est une femme tenant son enfant. 

Vers le fond, on aperçoit un possédé renversé 
sur le sol et secouru par deux hommes. » 



Bois. Haut.; 62 cent.; larg., 48 cent. 



— 3o — 

ÉCOLE DE BOURGOGNE 

(PENDANT DU PRECEDENT) 



44 — Un Baptême. 



« Un personnage, portant une couronne (pro- 
bablement le roi Clovis), est représenté nu dans 
un bassin; il reçoit le baptême d'un évêque 
suivi de plusieurs prêtres et desservants. 

« A gauche, une jeune femme et deux seigneurs 
debout assistent à cette cérémonie ; sur le devant 
un enfant de chœur tient un livre. 

« Dans le fond, des gardes et de nombreux 
serviteurs. » 

Bois. Haut., 62 cent.; larg., 48 cent. 

« Ces deux précieux tableaux, qui paraissent 
reproduire des épisodes de la vie de saint Rémi, 
sont d'une pureté de dessin, d'une finesse et 
d'une transparence de tons remarquables. La 
physionomie et le costume des personnages leur 
donnent un caractère français; plusieurs con- 
naisseurs ont cru reconnaître dans ces tableaux 
l'œuvre d'un artiste français du xv e siècle dont 
le nom ne nous est pas encore connu. De toute 
façon, nous pouvons affirmer que ces peintures, 
des plus intéressantes, sont deux œuvres de tout 
premier ordre. » 

Collection de M. le comte de Lestang Parade. 

Reproduction du catalogue. 



INCONNU 

45 — René d'Anjou, comte de Provence, 
Jeanne de Laval, sa femme, et saint 
Bernard de Sienne. 

« René d'Anjou est à genoux devant un prie- 
Dieu, les mains jointes, les yeux levés vers le 
ciel; derrière lui, sa femme, également à genoux, 
vêtue d'une robe bleue, lisant dans son livre 
d'Heures; à droite, saint Bernard en prières, un 
ange lui présente une hostie » (Reproduction 
du catalogue de la vente Timbal). 

Collection Charles Timbal. 

Bois. Haut, 36 cent.; larg., 67 cent. 



Vc^ 



fcr 3 







'S 



1 



N 



ECOLES 

FLAMANDE ET HOLLANDAISE 



BERCHEM 

(CLAES-PIETERZ) 
Né à Harlem, en 1624. — Mort en i6S3. 



46 — Le Retour des champs. 



Sur un chemin qui longe la rivière, un pâtre 
italien drapé dans son manteau chemine à côté 
d'une femme assise sur une mule, entre deux 
vaches, l'une rousse, l'autre grise. 

Un chien, une chèvre, une brebis et un agneau 
viennent en avant. 

De l'autre côté de l'eau, un paysan conduit 
ses deux vaches, au pied de rocs escarpés cou- 
ronnés d'arbres et de broussailles. 

Coloration ambrée, très harmonieuse. Im- 
pression d'une chaude journée d'été. 

Tableau de haute qualité. 

Signé en bas. 

Gravé par Daumont. 

Toile. Haut., 65 cent.; larg., 81 cent. 

5 



rw 



j 



— 04 — 

BERCHEM 

(C.-P.) 



^ 



47 — Les Vanniers. 



Une femme tenant par la main un petit gar- 
çon qui joue avec un chien, et une jeune fille 
portant un enfant sur le bras, sont arrêtées sur un 
quai, à regarder les vanniers qui confectionnent 
des paniers, installés dans leur bateau amarré 
près du bord. 

Plus loin, d'autres barques; sur la berge, des 
troupeaux suivant un chemin montueux qui 
passe sous la voûte d'un édifice en ruines. 

Toile. Haut., 72 cent.; larg., 1 m. 10 cent. 



BLES 

dit CIVETTA (Henri Met de) 
1480 — i55o. Bouvignes. 

48 — Diptyque. 

Panneau de gauche : la Nativité. 

La Vierge, saint Joseph et des anges adorent 
l 1 Enfant Jésus couché sur la crèche. Deux ber- 
gers sont accoudés sur l'appui d'un mur. Dans 
» J la partie supérieure, un groupe d'anges. 



— 35 — 



Panneau de droite : Jésus aux Oliviers. 

Jésus est agenouillé ; un ange lui présente la 
sainte hostie; les apôtres sont endormis. Au 
loin, sortant des portes de Jérusalem, s'avance 
la troupe guidée par Judas. Dans le haut du 
tableau, un médaillon rond représente le mi- 
racle de la messe. 

Haut, de chaque volet, 33 cent.; larg. de chaque volet, 24 cent. 



BRAUWER 

(ADRIAAN) 

Né à Harlem, en 1608. — Mort à Anvers, en 1640. 



49 — Le Fumeur. 



Coiffé d'un bonnet rond, vêtu d'une veste 
gris clair et de culottes brunes, il est assis sur 
un tonneau, un coude sur la table, un pied sur 
une grosse pierre. La pipe à la main, il rejette 
avec délices une bouffée de fumée qu'il regarde 
tournoyer en l'air. Un camarade s'est endormi 
sur la table, la tête enfouie sous un feutre à 
larges bords retroussés, le front appuyé sur le 
bras. Près d'une porte, au fond de la pièce, est 
un troisième personnage. 

Signé de l'initiale B. 

Bois. Haut., 33 cent.; larg., i5 cent. 






, w 



— 36 - 
BRAUWER 

(A.) 



50 — Les Deux amis. 



L'un chante quelque couplet en l'honneur de 
la bière, la main posée sur le couvercle d'une 
canette d'étain ; l'autre, coiffé d'un feutre pointu, 
semble tout heureux de montrer sa pipe. 

Bois. Haut. ,^19 cent.; Iarg., i3cent. 



CUYP 

(AALBERT) 

i6o5 — 1691. Dordrecht. 



5 1 — Pâturage. 



Dans la prairie, au premier plan, un mouton 
couché et une vache blanche et noire, debout en 
profil. Plus loin, le pâtre, son chien et deux 
autres vaches. A l'horizon, les maisons d'un 
village et le clocher de l'église. 

Bois. Haut., 45 cent.; Iarg., 36 cent. 



-3 7 - 

DOW 

(GÉRARD) 
Né à I.eyde, en iGi3. — Mort en 1680. 



5 2 — Portrait d'un religieux. 

Personnage à la figure austère, le front chauve, 
et portant toute la barbe; il tient un crucifix. Il 
a pour costume une robe de bure et une cagoule 
blanche. A mi-jambes, assis, vu presque de face. 

Cuivre. Haut., 19 cent.; larg., 14 cent. 



DYCK 

(ANTON VAN) 

Né à Anvers, en 1539. — Mort à Londres, en 1641. 

$3 — Les Amours Tritons. 

Un amour, assis sur un dauphin, couronné 
d'algues, de coquillages et de coraux, souffle 
dans une conque marine. Une draperie écarlate 
flotte sur ses épaules. A droite, 'dans la demi- 
teinte, un second amour souffle également dans 
une conque. 

Superbe peinture, d'un ton chaud et d'une 
remarquable souplesse de modelé, qui indiquent 
la plus belle époque du maître. 

Toile. Haut., 95 cent.; larg., 85 cent. 



' ^ 



i' 



38 — 



DYCK 

(A. V.) 



$4 — L' Adoration des Bergers. 



(H 






ni 



Assise devant les colonnes cannelées d'un an- 
cien palais, la Vierge Marie, la tète enveloppée 
d'un long voile, est vêtue d'une robe rose et 
d'un manteau bleu. Soulevant ce manteau, elle 
découvre l'Enfant Jésus endormi sur ses genoux. 
Trois bergers sont en adoration. Saint Joseph, 
debout derrière la Vierge, élève ses regards vers 
le ciel où apparaissent des anges, dont un dé- 
ploie une banderole. 

Belle esquisse peinte par de légers frottis dans 
des tons transparents et avec une extrême sûreté 
de main. 

Panneau. Haut., 56 cent.; larg., 41 cent. 



DYCK 

(A. V.) 



55 




— La Madeleine. 

Elle est en contemplation devant le crucifix 
qu'elle tient dans la main gauche, soulevant de 
la droite les longues tresses de sa chevelure 
blonde. 

Esquisse. 

Bois. Haut., 55 cent.; larg., 45 cent. 



Y eut C i\ck 




' i, <> 



' /c/v7r' et enfvtsu-. 



- 3 9 - 
EYCK 

(VAN) 
XV e siècle. — Maeseyck. 

$6 — - Vierge et Enfant. 

La Vierge est assise sur une terrasse, elle re- 
garde l'Enfant Jésus couché sur ses genoux et 
lui offre le sein. Sous son riche manteau vert 
émeraude, elle porte un corsage et une jupe bro- 
dés d'or. Ses cheveux ondulés tombent sur ses 
épaules ; derrière elle, une colonne soutient l'édi- 
fice. Au second plan apparaissent les murs cré- 
nelés d'une place forte et une femme penchée en 
dehors. Au delà, se déroule le panorama d'une 
ville entière. Maisons, cours d'eau, murs d'enr 
ceinte, personnages, tout y est traité avec une 
délicatesse de pinceau et une fidélité remar- 
quables. 

Il existe au musée de Munich, sous le nom 
de Rogier Van der Weyden le Vieux, une pein- 
ture, non pas semblable, mais analogue à celle-ci. 
Nous avons cru devoir conserver au tableau l'at- 
tribution àVan Eyck, sous laquelle il était connu 
depuis un temps immémorial dans l'éminente 
collection d'où il sort. 

Collection de la reine d'Espagne. 
Gravé par Ch, Vion. 

Bois. Haut./i mètre; larg., 55 cent. 






jtcj /uJ ^— ^ 



— 40 — 

EYCK 

(École des VAN) 
Peinture flamande du xv" siècle. 



5 7 — Triptyque double. 



h 



<j^ 



Petit rétable du xvi° siècle, d'une exécution 
précieuse et d'une conservation parfaite, com- 
posé d'un triptyque de 35 c. de haut sur 3o c. de 
large, surmonté d'un second triptyque mesurant 
18 c. de haut sur i 5 c. de large, tous deux à vo- 
lets peints sur les deux faces. 

1° PARTIE INFÉRIEURE : 

Sujet principal : La Vierge assise sous un 
dais présente une fleur à l'Enfant Jésus. 

Volet de droite ; intérieur, divisé en deux 
compartiments : En bas , le miracle de la 
messe; en haut, sainte Véronique. — Exté- 
rieur, un saint pèlerin. 

Volet de gauche ; intérieur : En bas, saint 
Jérôme; en haut, la Résurrection. — Exté- 
rieur, saint Pierre. 

2° PARTIE SUPÉRIEURE : 

Sujet principal : Le Christ en croix. 
Volet de droite : Saint Jean. 
Volet de gauche : La Vierge. 
Extérieur des volets : Deux anges. 



I 



— 4i — 

FYT 

(JOANNES) 
Né à Anvers, en 1609. — Mort en 1661. 



<;8 — Fruits et Gibier. 



Des grappes de raisin, des pêches, des prunes, 
des abricots emplissent un panier de jonc, dé- 
posé sur le sol, devant une belle fontaine sur- 
montée de dauphins. 

Un magnifique ara rouge et vert est penché 
sur une branche. Un chien de chasse flaire un 
lièvre mort suspendu par les pattes de derrière 
à un fusil appuyé contre le tronc de l'arbre. Au 
fond, à droite, un palais à colonnes dans un 
parc, à la base d'une montagne. 

Toile. Haut., 98 cent.; larg., 1 m. 22 cent. 



GOYEN 

(JAN VAN) 
Né en i5g6. — Mort en i656. 



59 — La Ferme. 



Sur une route qui mène à la barrière d'un en- 
clos, un paysan, le bâton à la main, marche à côté 
d'un cheval chargé de sacs et précédé d'un chien. 

G 



3 c/*^ 



*\ 



/ L, V 



— 42 — 

Un arbre, dont les rameaux touffus se dévelop- 
pent sur un ciel gris nuageux, cache en partie 
les bâtiments de la ferme. A droite, quatre per- 
sonnages sont arrêtés auprès d'une palissade sur 
la crête d'un monticule. 
Signé et daté 1634. 

Toile. Haut., 87 cent.; larg., 1 m. 22 cent. 

HEEM 

(JAN DAVIDZ de) 
1604 — 1674. Anvers. 

60 — Nature morte. 

?Un saladier de faïence plein d'abricots, de 
pêches et de raisins, — une grenade ouverte, — 
une huître, un citron à demi pelé et une cerise 
dans un plat d'argent, — un verre à vin du Rhin 
et une écrevisse sur une boîte ronde en bois 
blanc, — sont placés sur une table recouverte 
d'un tapis d'Orient à haute laine. 
Signé en haut : J. de Heem. 

Toile. Haut., 55 cent.; larg., 67 cent. 

HELST 

(BARTHOLOMEUS VAN DER) 
Né en i6i3, mort en 1670. 

61 — Portrait de la femme du comman- 

dant Gédéon de Wildt. 



n 



Vue presque de face et asssise, les cheveux 
blonds, coiffure en velours ornée d'un rang de 



-43 



perles, robe en velours noir garnie de deux 
bandes de broderies sur le devant; collerette 
et manches en fine guipure. De la main droite, 
elle tient un éventail ; la main gauche est posée 
sur le bras d 1 un fauteuil. Fond avec rideau et 
vue sur la mer qui est chargée de vaisseaux. 

Très beau portrait du maître, d'une parfaite 
conservation. 

Signé. 

Collections D. Molenaar, de la Haye et 
Neville Goldsmid. 

Toile, i m. 35 cent.; larg., i m. 20 cent. 



HEYDEN 

(JAN VAN DER) 
Né en 1637; mort à Amsterdam, en 171 2. 

61 — Vue d'une résidence seigneuriale. 

Le château construit en briques, composé 
de deux corps principaux et de plusieurs dé- 
pendances, estsituéau milieud'unparc décoré 
de statues. Dans le fond, les dunes de la Hol- 
lande. 

Cette vite, prise à vol d'oiseau, est animée 
de petites figures, peintes par Adrien Van de 
Velde. 

Panneau. Haut., 40 cent.; larg., 33 cent. 1/2. 



— 44 — 



HOBBEMA 

(MEINDERT) 
Né à Amsterdam, en i638, mort en 170a. 



6} — Le Moulin à eau. 



f-*" 



Le moulin est à gauche, près d'un massif 
d'arbres. La rivière qui l'alimente est légère- 
ment encaissée et coule à l'ombre de giands 
chênes touffus. 

A droite, des paysans, revenant du moulin, 
suivent un sentier plein d'ornières qui passe 
sur un petit pont et conduit sur la rive op- 
posée. 

Par une"échappée, à gauche du tableau, appa- 
raît, à perte de vue, la plaine toute ensoleillée. 
Au-dessus des arbres de droite, se découpe le 
clocher d'une église de campagne. 

Signé en toutes lettres. 
Gravé par Salmon. 

Bois. Haut., 60 cent.; larg., 84 cent 



- 4 5 - 

HOLBEIN 

(Attribué à II AN S' 



U 



64 — Portrait présumé d'Ulrich Zwingle. 

Grandeur demi-nature, assis, vu jusqu'à la 
ceinture, la figure de trois quarts tournée à 
droite ; une toque avec médaille d'or est posée 
sur sa tête ; il porte un vêtement rouge en partie 
caché par un pardessus foncé doublé d'her- 
mine, il a un poignard et tient à la main 
gauche un œillet. 

Portrait d'un grand caractère. 

Bois. Haut , 42 cent.; larg., 33 cent. 

HONDECOETER 

(MELCHIOR DE) 
Né à Utrecht, en i636. — Mort en i6q5. 

6^ — L'Oiseau de proie. 

Un aigle fond sur un poulailler. Les vola- 
tiles effrayés se dispersent de tous côtés. Une 
poule, les plumes hérissées, se réfugie sur une 
corniche en pierre ; une autre s'apprête à dé- 
fendre ses poussins. 

Signé des initiales M. D. H. 

Toile. Haut., 75 cent.; larg., 1 m. 02 cent. 



t? 



J 



_ 4 6- 

HOOCH 

(PIETER DE) 
xvn e siècle. Ecole hollandaise. 

66 — L Intérieur hollandais. 

On vient de nettoyer l'appartement ,' les 
portes sont restées ouvertes, les rayons du 
soleil entrent gaiement dans toutes les pièces. 
La première est une antichambre pavée de 
carreaux rouges et bleus. Un balai est debout 
contre la porte, une serviette pend au long du 
mur. Vient ensuite un corridor dans lequel un 
petit chien s'est arrêté auprès d'un paillassonoù 
on a laissé deux pantoufles. On découvre enfin 
le coin d'un salon dallé en mosaïque blanche 
et bleue; une chaise et une table garnie d'un 
tapis jaune sont placés contre un mur blanc, 
tout ensoleillé sur lequel ressortent les cadres 
noirs de deux tableaux, dont l'un est une pein- 
ture de Terburg représentant une dame en 
toilette de satin blanc et un petit page. Sur 
la table, un livre et un flambeau d'argent. 

Les jeux compliqués de la lumière si heu- 
reusement distribuée, la vérité saisissante de 
l'effet, la justesse du ton, font de cette simple 
étude une œuvre des plus remarquables. 

Décrit dans le catalogue raisonné de Smith, 
page 569 du supplément, sous ce titre : Les 
Pantoufles. 

Toile. Haut., 1 mètre; larg., 70 cent. 



cfî 



— 47 - 

HUYSUM 

(JAN VAN) 
1682 — 1749. Amsterdam. 



6 y — Fleurs. 



68 — La Vierge, sainte Catherine et sainte 
Madeleine. 

Drapée dans un long manteau bleu doublé 
d'hermine, ses longs cheveaux blonds flottant 
sur les genoux, Marie ayant l'enfant Jésus sur 
les genoux est assise sur un trône dans un 
péristyle. 

A gauche, sainte Catherine; à droite, sainte 
Madeleine, toutes deux revêtues de somptueux 



1 l &J 



Des tulipes de Hollande, des roses, des 
pivoines, un iris, des narcisses, des giroflées... 
sont assemblés en bouquet dansun vase décoré 
d'un bas-relief et placé sur une console en 
marbre. 

Au pied du vase est un nid d'oiseaux avec les 
œufs. 

Signé en toutes lettres. 

Bois. Haut., 62 cent., larg., 5o cent. 



LEYDE 

(Attribué à LUCAS DE) 
1494 — 1 53 3. Leyde. 



/ 



- 4 8 - 

costumes du commencement du xvi e siècle et 
enant des livres de prières. 

On aperçoit entre les piliers du péristyle 
les nombreux édifices d'une ville fortifiée 

Signé de l'initiale L. 

Panneau. Haut., 78 cent.; larg., 62 cent. 



MABUSE 

(Attribué à JAN GOSSAERT, dit DE) 

Né à Maubeuge, en 1470. — Mort en i5-i2. 

69 — La Vierge allaitant V Enfant Jésus. 

Enveloppé d'un lange , l'Enfant vient de 
^quitter le sein de sa mère et lui sourit avec 
tendresse. 

Il tient son pied d'une main, dans une pose 
toute gracieuse. 

Panneau. Haut., 38 cent.; larg., 28 cent. 

METSU 

(GABRIEL) 
Né à Leyde, en 161 5. — Mort à Amsterdam, en 1668. 

70 — La Ménagère hollandaise. 

Vue à mi-jambes, coiffée d'un feutre à bords 
arrondis, vetue d'une casaque violacée et d'une 
guimpe en toile, elle se verse un verre de 
liqueur dans un petit gobelet en métal. 



Bois. Haut., 18 cent.; larg., iû cent. 



T* 1 






— 4L) — 

MOREELSE 

(PAULUS) 
1571 — 1 638. Utrecht. 

Portrait d'homme. 

Coiffé d'un feutre noir, il est vu de trois 
quarts, en buste, tourné vers la droite. Une 
fraise plissée se détache sur son pourpoint en 
soie noire à côtes veloutées. Il porte la mous- 
tace et la barbiche. 

Bois. Haut., 5g cent., larg., 52 cent. 

NEER 

(AART VAN DERÏ 
Né à Amsterdam, en 1619. — Mort en i683. 

Le Retour des champs. 



d'une forêt au delà d'une rivière que des cha- 
riots traversent à gué. Il fait encore grand 
jour. Les paysans reviennent des champs. 

Dans un chemin creux, au premier plan, 
un villageois mène par la bride un cheval 
attelé à une charrette sur laquelle une femme 
se tient debout. Un poulain marche en avant. 
Plus loin, sur la route, arrive une femme por- 
tant un panier sur la tète. 

Adroite, sur une élévation du terrain, au- 
près d'un bouquet d'arbres, on voit deux habi- 
tations rustiques, entourées de clôtures en 
planches. 

Toile. Haut., 53 cent.; larg., 64 cent. 

7 



2f* 



Le soleil disparaît derrière les arbres touffus 



k 



— 5o - 

NEER 

(A. V. D.) 



jj — Crépuscule. 



ï> 



Il fait presque nuit. L'ombre s'étend peu à 
peu sur la campagne. Des lueurs rougeâtres 
permettent encore de distinguer tous lesdétails 
du paysage, — un site de Hollande, plat, boisé, 
traversé par un canal. 

A gauche, entre les arbres plantés en file au 
bord de l'eau, s'aperçoivent, rangées le long 
du chemin, les façades en briques des mai- 

r sons du village. Un rayon du couchant mi- 

roite sur la vitre d'une fenêtre comme une 
flamme d'incendie. 

La berge, à droite, est animée par plusieurs 
figures : un homme assis, une paysanne qui 
chemine lentement et un enfant courant der- 
rière un chien qui aboie après des canards. 

Des branches d'arbres, des troncs abattus, 
gisent sur le sol, aupremier plan. 

De la meilleure époque du maître. 
Gravé par Gustave Greux. 

Toile. Haut., 64 cent.; larg., 81 cent 



ftj^ 






u* 



— 5i — 

NEER 

(A. V. D.) 

74 — Rivière de Hollande. — Clair de 
lune. 

La lune sort des nuages qui tourbillonnent 
à l'horizon et illumine tout à coup autour 
d'elle fleurs innombrables contours, comme 
dans un ciel d'apothéose. 

Elle projette une longue traînée lumineuse 
sur la rivière bordée d'arbres, d'habitations, 
de moulins. 

Au loin, sur la partie éclairée du ciel et de 
l'eau, se profile en noir un bateau avec sa 
voile. 

En premier plan, un homme et un enfant, 
suivis d'un chien, sont arrêtés près d'un palis 
sur une langue de terre où se dresse un grand 
peuplier; à droite, un homme armé d'un long 
bâton traverse une passerelle. 

Signé des initiales, en bas sur un tronc 
d'arbre. 

Bois. Haut., 46 cent.; larg., 76 cent. 



ir*> 



n 



— 52 — 

NETSCHER 

(CONSTANTIN) 
Né à La Haye en 1670. — Mort en 1722. 

7 $ — Portrait d'un Jeune seigneur. 

La tête de face, ses longs cheveux poudrés 
descendant sur les épaules, il porte un élé- 
gant costume de chasse, habit de velours 
rouge brodé d'or, jabot et manchettes en den- 
telle, épée suspendue à un ceinturon d'or. Il 
tient un fusil d'une main et de l'autre fait un 
geste indicateur. Un chien blanc à taches fauves 
l'accompagne. 

Figure à mi-jambes. 

Portrait d'une extrême distinction pour la 
délicatesse du coloris et la suavité du pinceau. 

Signé en toutes lettres et daté 1703. 

Toile. Haut., 5^ cent.; larg., 42 cent. 



OSTADE 

(ADRIAAN VAN) 
Né à Harlem en 1610. — Mort en i(î85. 

j6 — L'Intérieur rustique. 

Une ménagère hollandaise, penchée sur un 
baquet, prépare 'des saucisses, tout en causant 
avec le tueur de porc, debout devant elle, ses 
couteaux pendus à la ceinture. 



53 



Plus loin, dans un rayon de soleil qui pé- 
nètre par une lucarne, auprès du porc dépecé 
et suspendu au milieu de la chaumière, trois 
gamins jouent avec une vessie gonflée, dont ils 
se frappent à tour de bras. 

Au fond de la pièce, assis devant l'âtre, un 
villageois attise le feu sous la marmite. 

En premier plan, à gauche, des fagots, une 
pelle, une brouette, une manne, etc., etc, 

Signé à droite, sur une planche : 

A. V. OSTADE. 

Bois. Haut., 39 cent.; larg., 49 cent. 



OSTADE 

(A. V.) 



jj — Le Trio rustique. 



Deux campagnards, l'homme et la femme, 
le premier coiffé d'un bonnet rouge, le pied 
posé sur un escabeau, la seconde en robe grise, 
la tête enveloppée d'un fichu blanc, sont assis 
et chantent les couplets d'une joyeuse com- 
plainte imprimée sur un grand feuillet qu'ils 
tiennent tous les deux. 

Untroisième compère, debout derrière leur 
chaise, chante avec eux et accentue le rythme 
en frappant du poing sur le couvercle d'une 
canette qu'il a prise sur un buffet. 

Signé, à droite, sur le buffet : A. V. Ostade. 

Panneau ovale. Haut. , 24 cent.; larg , 22 cent. 






78 



H 



OSTADE 

(A. V.) 



Deux Amis. 



Dans un intérieur flamand, deux paysans sont 
assis sur un banc, devant une vaste cheminée. 
Le premier, vêtu d'une blouse bleue, fume sa 
pipe, l'autre, un verre dans une main, un cru- 
chon dans Fautre, sourit à son camarade en lui 
racontant une histoire. 

A droite, une sorte de paravent sur lequel est 
posé un manteau rouge. 

Dans le fond, une fenêtre à vitraux par la- 
quelle on aperçoit la campagne ; à terre, des 
pincettes. 

Signé et daté, i656. 

Bois. Haut., 38 cent.; larg., 3o cent 



OSTADE 

(A. V.) 

79 — Le Buveur. 

Coiffé d'un feutre à bord retroussé, vêtu d'une 
veste et d'une culotte grises, vu de face, penché 
en avant, assis sur un escabeau, il tient un verre 



— 5b — 

de la main droite et prend de la gauche une 
cruche de bière sur une petite table où l'on voit 
sa pipe et du tabac. Dans le fond de la pièce, un 
second personnage allume sa pipe à un tison 
qu'il vient de retirer de Pâtre avec une pincette. 
On aperçoit la campagne par l'ouverture du bat- 
tant supérieur de la porte. 

Coloration'fine, pleine de douceur et d'har- 
monie. 

Signé en bas à gauche. 

Panneau. Haut., 19 cent. i[2; larg., 17 cent. 



OSTADE 

(A. V.) 

80 — Intérieur hollandais. 

Assis sur un escabeau, levant son verre plein, 
un homme se tourne vers une jeune mère don- 
nant les mains à son marmot qui commence à se 
tenir debout. Un vieux semble la complimenter. 
Un fumeur est assis sur un banc auprès d'une 
vieille femme ; deux autres personnes se chauf- 
fent à la cheminée. 

Petit tableau d'un coloris transparent et har- 
monieux. 

Signé à droite et daté 1659. 

Bois. Haut., 23 cent.; larg., 20 cent. 



— bG — 
OSTAD'E 

(A. V.) 



8 1 — La partie de cartes. 






Trois paysans sont assis et jouent aux cartes ; 
un quatrième debout, la pipe dans la ceinture, 
une sacoche au côté, pose un broc de bière sur la 
table. A gauche, dans l'ombre, deux enfants, l'un 
j debout, l'autre assis par terre et mangeant la 
soupe. 

Le jour pénètre dans la pièce par une lucarne 
ouverte sous la toiture et détermine un pitto- 
resque effet de clair-obscur. 

Signé à droite et daté i63g. 

Bois. Haut., 32 cent.; larg , 3g cent. 



OSTADE 

(A. V.) 

82 — Le Ménage hollandais. 

Assise sur une chaise basse, le pied posé sur 
une chaufferette, la femme allaite son marmot, 
tandis que son mari est occupé à dévider du 
fil. 

Ce groupe se détache sur un mur grisâtre 
vivement éclairé. L'effet est doux et la colora- 
tion d'une grande finesse. 

Bois. Haut., 20 cent.; larg., 25 cent. 



-5 7 - 
OSTADE 

(ISACK VAN) 
Né à Lubeck vers i6i3. — Mort vers 1654. 



8} — La Joyeuse réunion. 



1608 — 1669. Amsterdam. 



84 — L'Obélisque. 



Le ciel est couvert et une ombre épaisse se ré- 
pand sur le premier plan où passent, devant un 

8 



II 



Dans une grande pièce traversée de poutres et 
de solives et couverte en chaume, une dizaine 
de gais compagnons, tous buveurs et fumeurs, 
entourent le feu de bois allumé sur le sol. 

Au fond, trois enfants mangent la soupe de- 
vant le fournil, et un ménétrier, le violon à la 
main, ouvre la porte et vient rejoindre la com- 
pagnie. 

A gauche, dans l'ombre, un porc auprès 
d'une chaise renversée; à droite, couché sur une 
planche, un chien qui ronge un os. 

Signé sur un escabeau : Isack van Ostade 
i63.. 

Bois. Haut., 43 cent.; larg., 58 cent. 



REMBRANDT 

(VANJ.RYN) 



/t G 



o 



i> 



— 58 — 

bouquet de beaux arbres, un cavalier accom- 
pagné d'un chien et un piéton portant un fau- 
con. Une route se dirige vers le pont d'un tor- 
rent où Ton voit un moulin. Ce torrent ondule 
dans la campagne; au milieu d'une plaine, à 
gauche, se dresse un obélisque. Au fond, s'ali- 
gnent les maisons d'une ville importante. Des 
montagnes élevées se perdent à l'horizon. 

Les paysages de Rembrandt sont fort rares; 
celui-ci est un intéressant spécimen de son talent 
dans ce genre. 

Signé R. 1668. 

Bois. Haut., 55 cent.; larg., 70 cent. 



RUBENS 

(PETER PAUL) 
Né en 1577. — Mort à Anvers en 1640. 

85 — La conversion de saint Baron. 

Après avoir distribué ses biens aux pauvres, 
saint Bavon quitte la carrière militaire pour em- 
brasser la vie monastique. 

Il est représenté sur le perron d 1 une église, 
revêtu de son armure, la couronne à la main, son 
manteau de pourpre soutenu par deux pages. Il 
s'agenouille devant deux évêques qui s'avan- 
cent pour le recevoir. Derrière lui, des seigneurs 
montent l'escalier. Au bas des marches, un in- 



- 5g- 

tendant prend des pièces d'or dans des coupes 
portées par deux enfants et les donne aux mal- 
heureux. A gauche, deux femmes, en riche cos- 
tumes du xvi e siècle, assistent à la conversion 
du saint et semblent disposées à suivre son 
exemple. 

Première pensée du célèbre tableau de la ca- 
thédrale de Saint-Bavon, à Gand. 

Très belle esquisse, exécutée d'un seul jet, 
dans une tonalité blonde, d'un éclat et d'une 
transparence incomparables. 

Bois. Haut., 68 cent.; targ., 47 cent. 



RUYSDAEL 

(JACOB VAN) 
Né à Harlem vers 162b. — Mort en 1681. 



86 — Entrée de forêt. 



Au premier pian, une nappe d'eau; un chas- 
seur a quitté sa monture pour tirer sur les oi- 
seaux qui voltigent au-dessus de la mare; des 
villageois attendent un peu plus loin. 

Trois chênes aux troncs noueux s'élèvent au- 
dessus d'un monticule verdoyant où paissent des 
moutons. 

Ciel nuageux. 

Les figures sont de Ph. Wouwerman. 

Bois. Haut., 52 cent.; larg., 63 cent. 



/? 



^J 



— 6o — 



RUYSDAEL 

(J. V.) 



87 — Le Village sur la hauteur. 



n 



r 



Une rivière traverse le premier plan. A gauche 
est une passerelle en planches aboutissant à un 
chemin qui monte la colline dont le plateau est 
occupé par les maisons du village groupées au- 
près de l'église. Sur le chemin, on voit une pay- 
sanne et un enfant arrêtés devant un homme 
assis à terre. La rivière coule au pied de blocs 
de rochers garnis de mousse et de broussailles, 
couronnés par un gros chêne dont le tronc se 
subdivise en plusieurs branches qui étendent 
leurs rameaux au centrede la composition. Quel- 
ques parties bleues dans le ciel découpent les 
contours de beaux nuages grisâtres. 

Œuvre capitale du maître, d'un coloris trans- 
parent et puissant et d'une admirable exécution. 
Le ciel est de la plus grande beauté. 

Signé à gauche. 
Gravé par G. Greux. 

Haut., 88 cent.; larg., 1 m. 04 cent. 




S5 



• 



o5 - 



1 



S 



■i. 




X: 



5 

- 



3 

$ 



6i 



RUYSDAEL 

(J. V.) 

88 — Le Château sur la colline. 

Un cours d'eau au pied d'une colline boisée 
et verdoyante surmontée d'un château, en partie 
caché par de grands arbres. 

Au centre, un chemin ; à droite, une maison 
sur la'porte de laquelle est une femme; un jeune 
garçon et un chien se dirigent vers elle. 

Superbe tableau du maître. 

Signé du monogramme. 

Collection François Nieuwenhuys. 

Gravé par G. Greux. 

Toile. Haut., 5g cent.; larg., 74 cent. 






— 62 — 

RUYSDAEL 

(J. V.) 



89 — • Paysage boisé. 



t{r° h 



Une rivière traverse le premier plan et baigne 
des mamelons boisés où les bergers font paître 
leurs troupeaux. Un arbre, abattu sur la berge, 
trempe l'extrémité de ses branches dans l'eau. 

Ciel grisâtre, avec de beaux nuages aux con- 
tours arrondiset vivement éclairés. 

Dans ce tableau, le faire est large et d'une 
grande analogie avec celui de Hobbema. 

Bois. Haut., 5i cent.; larg., 67 cent. 



RUYSDAEL 

(J. V.) 



90 — Le Torrent. 



Des dames, des seigneurs, une fillette, sont 
arrêtés au bord d'un torrent. Un peu plus loin, 
un cavalier et deux villageois suivent un chemin 



qui s'enfonce dans la forêt. 
A droite, on aperçoit des coteaux boisés. 

Toile. Haut., 66 cent.; larg., 86 cent. 



- 63 — 
RUYSDAEL 

(J. V.) 



91 — L'Hiver. 



Trois pauvres cabanes, enserrées dans un en- 
clos de palissades délabrées et de saules rabou- 
gris, émergent tristement au milieu d'une 
plaine morne, toute couverte de givre. Leurs toi- 
tures blanches de neige, dominées par un vieux 
pignon démantelé, s'enlèvent en clarté sur les 
teintes grises des nuages qui obscurcissent le 
ciel. 

Quelques maigres roseaux courbés sur une 
mare glacée, un tronc d'arbre gisant au bord, 
accentuent encore le sentiment de mélancolie 
empreint sur le paysage. 

Signé à droite, en toutes lettres. 

Toile. Haut., 28 cent.; larg., 34 cent. 



RUYSDAEL 

(SALOMON) 
Né à Harlem en iôio. — Mort en 1670. 

92 — Bords de la Meuse. 

Au premier plan, sur une langue de terre, 
plusieurs vaches dont deux entrent dans l'eau. 
A gauche sur la rive, une rangée d'arbres, puis 
un village avec son église. 

Signé à gauche du monogramme. 

Bois. Haut., 35 cent.; Iarg., 5ç. ceni. 



_5 



/S 



rx/ 



64 



SCHOEN ou SCHOENGAUER 

(MARTIN) 
Né à Colmar vers i.;3o. — Mort en 1492. Ecole allemande. 



9} — La Mort de la Vierge. 

Les douze apôtres entourent le lit de la Vierge 
expirante ; saint Jean, tenant un cierge, lui prend 
la main. 

Au pied du lit est un grand chandelier gothi- 
que en bronze. 

Petit tableau très fin, signé des initiales de 
l'auteur M. S., séparées par une croix. 

Bois. Haut., 26 cent.; larg., 18 cent. 



SCHOREL 

(JAN VAN) 
1495 — • i562. Ecole hollandaise. 

94 — La Vierge. 

Les mains jointes, la tête couverte d'un voile 
en gaze maintenu par un bandeau d'or garni de 
perles, elle est drapée dans un ample manteau 
bleu. Au loin, une campagne montagneuse, avec 
habitations sur les bords d'une rivière. 



t 



Bois. Haut., 5i cent.; larg, 41 cent. 



— 65 - 
SLINGELANDT 

(PEETER VAN) 
Né à Leyde, en 1640. — Mort en [691. 



95 — L'Ecole des garçons. 



Un vieux pédagogue, assis au milieu de la 
classe, assujettit ses besicles sur son nez, et exa- 
mine la pointe d'une plume d'oie, se préparant 
à corriger le cahier de devoirs qu'un écolier ou- 
vre sur son pupitre. Un autre garçon, debout, 
étudie sa leçon. Derrière l'instituteur, à droite, 
une demi-douzaine de gamins s'agitent à qui 
mieux mieux; tandis qu'à gauche, au fond de la 
pièce, cinq enfants sous l'œil du maître, en- 
tourent paisiblement la table de travail. Une 
cage est suspendue au plafond. Une lanterne et 
un éteignoir sont posés sur un banc. 

Tableau digne de Gérard Dow, pour le pré- 
cieux rendu de tous les détails et l'extrême finesse 
de l'exécution. 

Bois. Haut., 42 cent.; larg., 33 cent. 

STEEN 

(JAN) 
Né à Leyde. en i636. — Mon en 168g. 



96 — Le Galant message. 



En toilette du matin, ses longs cheveux dé- 
noués sur les épaules, une jeune dame hollan- 
daise, assise sur une terrasse devant une table 
couverte d'un tapis d'Orient, lit avec attention la 
missive que vient de lui remettre une duègne 

9 



v v ^ 



/<*-* 



J 



— 66 — 

encapuchonnée de noir. La vieille, les deux 
mains sur la crosse de sa canne, rixe ses regards 
chafoins sur le visage de la dame, cherchant à 
pressentir la réponse qu'elle a mission de rap- 
porter. 

A droite, un mur sillonné de plantes grimpan- 
tes et orné d'une draperie rouge ; à gauche, un 
coin de paysage. 

Tableau du meilleur faire de l'artiste et d'un 
dessin très étudié. 

Toile. Haut., 33 cent., larg., 29 cent. 



TENIERS 

(DAVID) 
Né à Anvers, en 1610. — Mort en 1694. 

97 — Tabagie. 

Assis sur un escabeau, devant une table où 
sont posés un pichet, un réchaud et une serviette, 
un vieux paysan, coiffé d'un feutre gris, allume 
sa pipe. A côté de lui, vu de profil, un jeune 
homme adossé au mur, la tête en arrière, lance 
béatement une bouffée vers le plafond. Plus 
loin, untroisième fumeur, debout, prend du ta- 
bac sur un tonneau de champ et bourre sa pipe. 
Au fond de la pièce, devant la cheminée, un 
homme, tenant un verre, cause avec une femme 
assise, qui se chauffe. A terre, au premier plan, 
un vase en terre rouge. 

Signé du monogramme. 

Bois. liant,, 36 cent.; larg., 28 cent. 



^ 



-6 7 - 

TENIERS 

(D.) 

98 — Buveurs et Fumeurs. 

Devant l'âtre d'une haute cheminée, trois pay- 
sans se livrent aux douceurs de la pipe et de la 
bière. L'un, assis sur un escabeau, a saisi un 
verre à deux mains, après avoir confié sa pipe à 
son voisin de droite, avec recommandation de ne 
pas la laisser éteindre. Celui-ci, debout, le dosau 
feu, tire en riant une bouffée, ayant sa propre 
pipe passée à la ceinture. Un linge et un réchaud 
sont placés sur un tonneau à droite. Du même 
côté, dans le fond, un quatrième personnage est 
tourné contre le mur. Une estampe, accrochée 
sur la cheminée, porte la date [671. 

Signé à gauche : D. Tkniers Fec. 

Bois. Haut., 3o cent.; larg., 21 cent. 



TENIERS 

(D.) 



99 — Fête flamande. 




Des villageois sont joyeusement attablés à la 
porte d'un cabaret, dans une cour fermée au fond 



— 68 — 

par une cloison en planches. — Au centre de la 
composition, un homme debout lève d'un air 
gognenard son verre plein qu'il va vider à la 
santé d'un camarade qui quitte la place à contre- 
cœur, mais sa femme Ta saisi par le bras et sem- 
ble très décidée à le ramener au logis. Une 
scène analogue se passe à l'entrée de la cour, où 
une femme, aidée par un homme, a grand'peine 
à faire franchir le pas de la porte à un ivrogne 
récalcitrant. Trois paysans debout causent au- 
près de la palissade, un quatrième est vu de 
dos. — Composition de vingt et une figures. 

Exécution vive et spirituelle. Coloris blond et 
transparent. 

Signé à droite. 

Panneau. Haut. 26 cent.; larg., 36 cent. 



TENIERS 

(D.) 

100 — Le Buveur. 

Coiffé d'un béret bleu, les cheveux en brous- 
saille, souriant aux propos d'une vieille femme 
qui lui parle à l'oreille, il lève des deux mains 
une grosse cruche de bière. 

Figures à mi-corps. 

Signé en haut, à gauche du monogramme. 

Bois. Haut., 17 cent. i[2; larg., 12 cent. ij2. 



_6 9 - 
TENIERS 

(D.) 



loi — La Galette. 



Une vieille, coiffé d'un fichu, lit dans la 
gazette quelque joyeuseté à un paysan qui 
rit aux éclats. Celui-ci est coiffé d'un béret 
rouge orné d'une plume et tient un verre à pied 
et un pichet en grès. 

Figures à mi-corps. 

Signé en haut, à droite du monogramme. 

Bois. Haut., 1 6 cent. 112; larg., i3 cent. 



TENIERS 

(D.) 



102 — Le Chanteur. 



Deux Flamands, dont l'un tenant une canette, 
se pressent contre le chanteur, coiffé d'un feu- 
tre pointu à plume, accoudé sur le bord d'une 
table, une main dans l'ouverture de sa vest^. 

Figures à mi-corps. 

Bois. Haut., 16 cent. i]2; larg , i3 cent. 



f 






— 7 o — 

TENIERS 

(D.) 



10} — Le Vigneron. 



u 



1 



r>. 



Couronné de pampres, en veste rose et tablier 
blanc, il tient une bouteille et, levant son verre, 
il semble admirer la couleur du vin. 

Des grappes de raisin garnissent une planche 
posée en travers sur deux tonneaux. Au fond, des 
vendangeurs dans les vignes. 

Bois. Haut., 23 cent.; larg., 16 cent. 



TERBURG 

(GÉRARD) 
Né eu 1608. — Mort en 1681. 

104 — Un Savant dans son cabinet. 



Assis devant son bureau, vu à mi-jambes, il 
a devant lui un livre ouvert dont il tourne les 
feuillets ; la tête de trois quarts tournée à droite, 
les cheveux gris, vêtement noir avec collerette 
blanche rabattue, la main droite appuyée sur son 
genou. 

Au fond, une carte, des livres dans un casier; 
vers la droite, une mandoline suspendue à la 
muraille. 

Cuivre. Haut., 40 cent.; larg., 28 cent. 



— 7 I — 
VERSCHURING 

(WILLEM) 
Milieu du xvn e siècle. — Gorcum. 



105 — Le Duo. 



Un jeune homme assis, revêtu d'une robe de 
chambre à ramages et coiffé d'une toque à plu- 
mes, joue de la mandoline et chante avec une 
jeune femme, en robe de satin jaune, debout 
devant une table, tournant le feuillet de la par- 
tition. 

A gauche, en bas, on voit les huit dernières 
lettres de la signature de Fauteur. 

Bois. Haut., 38 cent., larg., 3i cent. 



vos 

(CORNEILLE DE) 
i585 Ci). - i65i. Hulst. 

106 — Famille de Notables flamands. 

Un personnage de distinction, en costume 
noir avec large fraise, appuie affectueusement 
la main sur l'épaule de sa femme. Celle-ci, coif- 
fée d'un bonnet brodé, le cou entouré d'une 
fraise pareille, est vêtue d'une robe noire garnie 















H> 



de passementeries d'or. Devant eux, sont placés 
leurs deux jeunes enfants, un garçon et une fille. 
Le premier offre une pomme à sa sœur qui tend 
la main gauche pour la prendre, tandis que de la 
droite elle serre la main de sa mère posée sur 
son épaule. Au-dessus des personnages est drapé 
un rideau violet; à droite, on voit une fon- 
taine ornée d 1 une statue de déesse indoue tenant 
des dauphins. 

Ces portraits passent pour être ceux de Phi- 
lippe Rubens (frère du grand peintre), de sa 
femme et de ses enfants. 

Toile. Haut., i m. 3o cent.; larg., i m. Co cent. 



WERFF 

(ADRIAAN VAN DER) 

Né en 1659. — Mort en 1722. 

107 — Portrait d'une Dame hollandaise. 

Jeune femme aux cheveux blonds bouclés, re- 
présentée dans un parc, avec les attributs de 
Diane, le carquois sur l'épaule, un arc dans la 
main gauche; elle appuie sa main droite sur la 
vasque d'une fontaine. Sur sa tunique en satin 
blanc retombe une écharpe de couleur chan- 
geante. Figure à mi-jambes. 

Signé et daté 1686. 

Toile. Haut., 47 cent.; larg., 3g cent. 







_ 7 3- 

WOUWERMAN 

(PHILIPS) 
Né à Harlem, en 1626, mort en 1668. 

108 — L'Escarmouche. 

Des cavaliers sont aux prises au bord d'une ri- 
vière; au centre de la mêlée, l'un d'eux, montant 
un cheval blanc, tire un coup de fusil sur des 
fantassins embusqués à la crête d'un monticule. 
Plusieurs combattants se sont Jetés à l'eau. 

Importante composition où l'on compte une 
trentaine de personnages. 

Toile. Haut., 82 cent.; larg., 1 m. 04 cent. 



WOUWERMAN 

(PHILIPS) 



109 — Le Monticule sablonneux. 



Cavaliers et villageois sur un chemin tournant, 
au bas des tertres sablonneux plantés d'un bou- 
quet d'arbres. Le chemin longe un petit canal 
traversé par une passerelle en bois. Au premier 
plan, deux hommes poussent une barque dans 
l'eau. Légers nuages dans une atmosphère 
bleuâtre. 

Tableau peint dans le goût de Wynants, 
dont Wouwerman était l'élève. 

Signé et daté. 

Bois. Haut., 35 cent.; larg., 43 cent. 
10 



r 



— 74 



( 



WOUWERMAN 

(PHILIPS) 



1 10 — Le Déménagement rustique. 

Halte de paysans sur une hauteur, près d'une 
maison et de deux arbres, au bord d'un fleuve où 
Ton aperçoit un bateau avec son mât. Un jeune 
paysan est monté sur un cheval blanc chargé 
d'ustensiles de ménage. Une paysanne est assise 
par terre près d'un pèlerin et d'un paysan qui 
leur parle. Au sommet du monticule, un homme 
U assis tient par la bride un mulet chargé. 

Signé en bas, à droite, du monogramme. Ga- 
lerie de Pommersfelden. (Extrait du catalogue 
de 1867.) 

Gravé par Boidardjïls. 

Bois. Haut., 48 cent.; larg., 38 cent 



w 



L'iuwnuuu I jjk, I 




i5$7b9 , . i 



^L*^ ~zJesnesic<U7esriesil ru* i /< atce/ 



- 7 5 - 

WOUWERMAN 

(PHILIPS) 

in — La Vieille Tour. 

Devant une tour en ruines, couronnée de 
mousse et de pariétaires, s'étend une pauvre 
clôture fabriquée de planches, de paille et de 
troncs de saules et attenante à une maisonnette 
couverte en chaume. 

Une villageoise et un enfant vont entrer dans 
la cabane. Un paysan chemine sur un sentier 
qui se dirige vers la gauche, un autre est assis 
par terre; plus loin on voit un cavalier et un 
enfant. 

Charmant petit paysage d'une grande délica- 
tesse de pinceau et d'une tonalité très fine. 

Bois. Haut., 17 cent.; larg., 22 cent. 



WOUWERMAN 

(PHILIPS) 

112 — La Halte dans le ravin. 

A la base de rochers escarpés et couronnés de 
broussailles et d'arbustes, sont arrêtés une di- 
zaine de personnes : pèlerins, mendiants, villa- 



S 



f~l<\) 



?J* 



*\{ 



-76- 

geois, cavalier, colporteur avec son cheval blanc 
chargé de ballots. 

Plus loin, deux chariots couverts de bâches 
descendent le ravin et vont s'engager dans une 
route pratiquée dans le roc. Deux tours et quel- 
ques maisons, construites au sommet des rochers 
de chaque côté de la route, sont reliées par une 
passerelle en bois. 

Signé à droite du monogramme. 

Bois. Haut., 45 cent.; larg., 61 cent 



WOUWERMAN 

(PHILIPS) 

1 1 ) — Les Bûcherons. — ■ Temps d'hiver. 

A droite, un bûcheron taille des branches, un 
autre charge le bois sur un cheval bai. 

Au centre de la composition, un cheval blanc, 
de profil, prend sa pro vende dans un sac déposé 
à terre. 



Au second plan, groupe de patineurs. Dans 
les lointains, quelques cabanes à la base de col- 



lines couvertes de neige. 



Des vapeurs faiblement éclairées montent dans 
l'atmosphère. 

Bois. Haut., 3i cent.; larg., 42 cent. 



— 77 — 

WOUWERMAN 

(PHILIPS) 

114 — le Départ pour la chasse. 

Une amazone, un faucon sur le poing, et un 
cavalier drapé dans son manteau, le feutre à la 
main, attendent le signal du départ, pendant 
qu'un valet boucle la selle d'un cheval blanc 
qu'un seigneur s'apprête à enfourcher. 

Fin et très remarquable petit tableau. 

Bois. Haut., 21 cent.; larg., 18 cent. 



WYNANTS 

(JAN) 
Né à Harlem, en 1600. — Mort en 1677. 

1 1 $ — Site montagneux et boisé. 

A gauche, au bord d'une mare se dresse un 
bouquet d'arbres qui ombragent le premier plan. 
Sur une route en pente, une femme tenant un 
petit garçon par la main vient de croiser un 
homme monté sur un âne et cheminant à côté 
d'un piéton. Une chaîne de montagnes déroule 



J>9^J 



£>i^. 






-7«- 

ses lignes sinueuses dans le lointain, sous un 
ciel bleu parsemé de nuages dorés. 

Paysage très lumineux donnant l'impression 
d'une chaude journée d'été. 

Signé adroite : J. Wynants. 

Toile. Haut., 69 cent.; larg., 75 cent. 



WYNANTS 

(JAN) 

ET 

LINGELBACH 

(JOANNES) 

116 — La Moisson. 

Sur un chemin, au bord d'une petite mare, 
passent un cavalier portant une femme en 
croupe et un piéton, le râteau sur l'épaule, une 
gourde à la main. Deux arbres se dressent à 
droite à l'extrémité d'une haie. A gauche, sur 
une éminence, on voit un chasseur et son 
chien. 

Toute cette partie du paysage est dans Torn- 
bre et contraste avec le second pian où les mois- 
sonneurs fauchent tin champ de blé, en plein so- 
leil. 

Au loin, dans les arbres, apparaissent les toi- 
tures d'un village; à l'horizon les collines dessi- 
nent leurs crêtes sinueuses sous un ciel vaporeux, 
d'une grande transparence. 

Œuvre charmante du peintre, portant sa si- 
gnature et la date 1671. 

Toile. Haut.; 29 cent.; larg., 'i-j cent. 



— 79 — 
WYNANTS 

(JAN) 
Né à Harlem, en 1600, mort en 1677. 

ET 

VELDE 

(ADRIAAN VAN DE) 
Né à Amsterdam, en i63g. — Mort en 1672. 

117 — Terrains éboulés. 

Un troupeau de vaches et de moutons défile 
sur un chemin creusé d'ornières qui contourne 
un monticule sablonneux, parsemé de touffes de 
gazon et frappé d'un rayon de soleil. Deux 
gros chênes, plantés au bord de la route, se 
dressent au milieu du paysage. 

Agréable petit tableau, d'une extrême finesse 
de ton et d'une exécution très soignée. 

Collection Levy. 

Signé des initiales J. W. 

Toile. Haut., 23 cent.; larg., 28 cent. 



ECOLES 

ITALIENNE ET ESPAGNOLE 



BELL1NI 

(École des) 



118 — La Sainte famille. 

Au centre de la composition, la Vierge tenant 
l'Enfant qui se tourne vers saint Joseph et lui 
donne la bénédiction. A gauche, une sainte te- 
nant la palme. Figures à mi-corps. 

Ce tableau nous paraît être l'œuvre de Vin- 
cent Catena, élève de Bellini et condisciple de 
Giorgion. 



Panneau. Haut., 70 cent.; larg., y6 cent. 

1 1 



>çjJ 



— 82 — 
BORGOGNONE 

(AMBROGIO) 
i5oo. Fossano. 

119 — La Vierge et V Enfant. 

Assise sur un trône, entre deux anges qui sou- 
lèvent la draperie rouge du dais, Marie est vêtue 
d'une robe rose et d'un manteau bleu brodé de 
rosaces, recouvrant la tête et attaché sur le sein 
par une agrafe d'or ornée de perles. Elle tient sur 
ses genoux l'Enfant Jésus enveloppé aux jambes 
d'une draperie jaune et qui, la main gauche po- 
sée sur un livre, lève la droite pour bénir un 
homme (le donataire) agenouillé à ses pieds. 
Bois. Haut., 76 cent.; larg. 56 cent. 



BOTTICELLI 

(ALESSANDRO FILIPEPI, dit SANDRO) 
1447 — 1 5 1 5. Florence. 

120 — La Vierge et l'Enfant Jésus. 

Vêtu d'une chemise jaunâtre, l'Enfant debout 
sur l'appui d'un mur passe les bras au cou de sa 
mère, qui le soutient avec une tendre sollici- 
tude. 

Fond doré ; panneau cintré du haut. 

Collection Benjamin Fillon. 

Haut., 66 cent.; larg., 40 cent. 




— 83 — 



CALCAR 

(JOHANN STKPHAN, VON) 
1499 — 1546. Ecole vénitienne. 

I2i — Portrait d'Homme. 

A mi-corps, de trois quarts, des gants dans la 
main droite; toque noire; surtout de soie garni 
de fourrure, chaîne d'or sur la poitrine. 

Toile. Haut., 56 cent.; larg., 53 cent. 



■J 



122 



Portrait de Femme. 



En robe noire avec fourrure, les mains croi- 
es sur la ci 
d'un lévrier. 



sées sur la ceinture. En bas de la toile, la tête 



Toile. Haut., 56 cent.; larg., 53 cent. 



CANALETTI 

(ANTONIO DA CANAL, dit) 
1697 — 1768. Venise. 

12? — Le Grand canal à Venise. 



) 



De nombreuses gondoles sillonnent en tous 
sens les eaux du canal qui fuit sous le regard, 
en droite ligne, entre les deux quais bordés de 
palais, d'édifices publics et de maisons. 

L'effet général, très puissant, est d'une sur- 
prenante vérité. Les détails d'architecture sont 
rendus avec une grande légèreté de pinceau. 
Toile. Haut., 49 cent.; Iarg., 75 cent 



/^J 



- 8 4 - 

CORREGIO 

(Attribué à ANTONIO ALLEGRI, dit IL) 

124 — Déposition de croix. 

Le corps du Christ est étendu sur un suaire ; 
la tête repose sur les genoux de la Vierge qui 
s'évanouit entre les bras de Marie Salomé et de 
Marie Cléophas. Aux pieds de Jésus, la Madeleine 
s'affaisse en proie au plus profond désespoir. 

Un homme descend d'We échelle appuyée 
contre la croix. 

Panneau. Haut., 42 cent.; larg., 48 cent. 



COTIGNOLA 

(FRANCESCO MARCHESI, dit DE) 
1 5 1 8. — Cotignola. 

12$ — La Vierge et deux Saints. 



»> 



La Vierge et l'Enfant Jésus tenant un char- 
donneret apparaissent au ciel, entourés de ché- 
rubins. A droite, saint Jérôme ; à gauche, saint 
François aux stigmates. Au loin, à travers les 
arbres, on distingue une ville divisée par un 
fleuve. 

Signé en bas: Francescho da Cotignola. 

Dipinse a di 8 setenbre 1 5 1 2. 

Bois. Haut., -]5 cent.; larg., 56 cent. 



n6 — Le Calvaire. 



— 85 — 



CRIVELLI 

(CARLO) 
1430 — '495- Venise. 

2^w 



Au sommet d'une montagne formée par des 
rochers dans les fissures desquelles poussent 
quelques arbres, le Christ expire sur la croix, la 
tète penchée vers sa mère qui, debout, les mains 
jointes, le regarde avec désespoir; à droite, saint 
Jean, vêtu d'une tunique jaune et drapé dans un 
manteau violet à bordure dorée. On aperçoit, 
vers le fond, les tourelles et les portes de Jéru- 
salem. 

Belle et intéressante peinture, rappelant parle 
caractère les œuvres de Mantégna. 
Collection Barker, de Londres. 

Bois cintré du haut. Haut., 76 cent.; Iarg., 54 cent. 



FIESOLE 

(Aitribué à FRA GIOVANNI ANGELICO da) 
1387 — 1455. Toscane. 

1 27 — La Prédication de saint Pierre. 

Debout dans une chaire, la tête entourée d'un 



Q5 






— 86 — 



nimbe d'or, saint Pierre prêche devant un groupe 
de sept femmes assises à terre, au milieu d'une 
place de ville d'Italie. Adroite, deux personnages 
debout; à gauche, deux docteurs tenant des rou- 
leaux de parchemin; devant eux, un saint, la 
tête nimbée, est assis et semble transcrire les 
paroles du prédicateur sur un livre qu'an lévite 
à genoux soutient d'une main, présentant de 
l'autre un encrier. Les personnages portent les 
costumes du commencement du xv e siècle. Les 
palais et les divers édifices qui entourent la 
place se détachent sur le bleu du ciel. 

Panneau. Haut., 34 cent.; larg., 52 cent. 



GADDI 

(Attribué à AGNOLO) 



n 



128 — Un Ange 






Debout, de profil, et tenant un lis. 

Curieuse peinture sur fond doré, qui semble 
être le fragment d'un tableau de plus grande 
dimension qui aurait représenté le sujet de 
l'Annonciation. 

Panneau. Haut., 61 cent.; larg., 41 cent. 



9 



ÀA 




Qj-asi Lj^cora-ur C/dLxzacf-usre/. 




^La ^/l 



(H7<t/l(l . 



c y 



130 — La Dogana. — Venise. 



De nombreuses gondoles se croisent en tous 
sens sur les eaux du grand canal. Des barques 
sont amarrées au long du quai. Il y a foule sur 
la place triangulaire, devant la porte de la 
Dogana, dont les bâtiments s'étendent à droite 
jusqu'à l'église délia Salute. 

Gravé par Gaucher el. 

Toile. Haut., 35 cent.; larg., 53 cent. 






87 



GUARDI 

(FRANCESCO) 
1712 — 179?. Venise. 

129 — San Giorgio- M aggiore. 

A gauche, au second plan, la façade princi- 
pale de l'Eglise, le dôme et le campanile. A 
droite, l'ile de la Giudecca. 

A droite et à gauche, sur le devant, des cha- 
lands amarrés, un pécheur dans sa barque, et à 
l'horizon, la pleine mer. 

Ce tableau et le suivant qui lui sert dépen- 
dant sont de l'exécution la plus vive et la plus 
spirituelle du maître. 

Ce sont deux œuvres de qualité exceptionnelle 
pour le brio de la touche, l'éclat et le charme du 
coloris. 

Gravé par Gaucherel. 

Toile. Haut., 35 cent.; Iarg., 53 cent. 

GUARDI 

(FRANCESCO) 
Pendant du précédent. 



/- ^ 



— 88 - 
GUARDI 

(F.) 

i ) i — Palais en ruines au bord de la mer. 

Sur le devant, deux pêcheurs, l'un tenant une 
perche, l'autre un panier. 

Au second plan, la porte cintrée d'un monu- 
ment en ruines, décoré de pilastres et de colonnes 
d'ordre corinthien. Au loin, l'arche d'un pont 
et le fronton d'un temple. 

Collection François Nieuwenhuys. 

Toile. Haut., 3o. cent.; larg., 3o cent. 



LIPPI 

(FILIPPINO) 
1460 — i5o5. — Florence. 

1^2 — La Vierge et V Enfant Jésus. 

Vêtu d'une chemisette qui laisse les jambes et 
les bras nus, l'Enfant passe les deux mains 
autour du cou de sa mère, assise auprès d'un 
pupitre sur lequel est un livre ouvert. 

Bois forme ronde. Diam. 84 cent. 



-8 9 - 



LIPPI 

(FRA FILIPPO) 

Né vers 14 12. — Mort en 1469. Florence. 



ijj — La Vierge aux Anges. 



Vêtue d'une robe rose et d'un manteau brun, 
bordé d'un galon d'or enrichi de perles et de pierre- 
ries, la tête recouverte d'une voilette blanche, la 
Vierge présente une grenade à l'enfant Jésus, 
assis sur ses genoux. A droite, un ange en 
adoration, les mains croisées sur la poitrine; à 
gauche un autre ange tenant un œillet. — Pour 
fond, un paysage montagneux et boisé. 

Œuvre de premier ordre pour la pureté du 
dessin et l'élévation du style. 

Panneau. Haut., 79 cent.; larg., 5i cent. 



i^t^y 



12 



— yo — 

LIPPI 

(École de FRA FILIPPO) 



1 34 — La Vierge et l'Enfant Jésus. 

Marie, représentée en pied, a sur les genoux 
l'Enfant Jésus enveloppé d'un lange violet, 
brodé d'or; elle est assise devant un mur que 
surmontent des rieurs et des feuillages. 





Bois. Haut., 61 cent.; larg., 43 cent. 

MELOZZO 

(FRANCESCO) 
1416 — 1492. Forli. 

1^5 — La Sainte famille aux Anges. 



W 



Un ange soutient l'Enfant Jésus assis à terre 
sur un pan du manteau de la Vierge qui est 
agenouillée, en prières. Deux autres anges sont 
en adoration. A gauche, saint Joseph, les mains 
croisées sur son genou. Deux colonnes corin- 
thiennes se détachent sur un fond de paysage 
montagneux oU Ton aperçoit deux bergers dont 
l'un porte un agneau sur ses épaules. 

Bois. Haut., 88 cent.; Iarg., 72 cent. 



— 9* ~ 

MEMMI 

(Attribue à SIMONE) 
Ecole de Sienne. xm e siècle. 

\)6 — La Vierge glorieuse. 

Marie, tenant l'Enfant Jésus, est sur un trône 
environné d'anges et de saints personnages. Les 
nimbes sont gaufrés et dorés et les détails des 
costumes très intéressants. — Cadre de style 
gothique à colonnes torses. 

Bjis. Haut., 5o cent.; larg., 22 cent. 



PANICALE 

(Attribué à MASOLINO da) 
1378 — 14Ô. Florence. 

i}7 — Sainte famille. 

Les mains jointes, la Vierge se penche sur son 
fils, qui est étendu sur le gazon et considère 
avec curiosité, un doigt sur sa bouche, les ce- 
rises et le chardonneret posés devant lui. A 
gauche, le petit saint Jean. A droite, sur le bord 
du tableau, apparaît le charmant profil d'une 
jeune fille couronnée de roses. Fond noir poin- 
tillé de blanc. Les têtes des trois personnages 
principaux sont environnées de nimbes d'or. 

Le panneau est entouré d'une bordure com- 



— 92 - 

posée d'ornement, palmettes et rinceaux très 
finements exécutés en or sur fond rouge et tra- 
versés par une inscription en lettres dorées. 

Bois cintré du haut, y compris la bordure. Haut., 88 cent. 
larg., 49 cent. 



RIBERA 

(GIUSEPPE) 
1610 — i656. 

138 — Saint Pierre. 

Front découvert, barbe grise, les regards levés 
vers le ciel ; il est accoudé sur une table, la tète 
appuyée sur la main droite; de la main gauche 
il ramène sur ses genoux les pans d'un large 
manteau de couleur jaunâtre. — Sur la table, les 
clefs et un livre de piété. 

Superbe peinture, d'une facture magistrale. 

Toile, i m. 25 cent.; larg., g5 cent. 



<rfi> 



ROSALBA? 

(CARRIERA) 
1675 — 1757. Venise. 

i}9 — Portrait de Jeune femme. 

En buste, presque de face, peignoir décolleté, 
coiffée d'une voilette en gaze. 

Pastel. Haut., 44 cent.; larg., 46 cent. 



- 9 3 - 

SASSO FERRATO 

(SALVI DA) 

i6o5. — i685. Ecole italienne. 



140 — Madone. 



Les yeux baissés, les mains jointes, la tête 
couverte d'une draperie blanche qui descend sur 
le front, projetant de l'ombre sur une partie du 
visage. 

Toile. Haut., 45 cent.; larg., 36 cent. 



SIGNORELLI 

(Attribué à LUC A) 
1440 — ?. Cortone. 



141 — Saint Etienne. 



Vir-zJ 



Le premier diacre de l'Église est représenté de 
face, debout, en robe rouge, tenant un livre de 
piété et la palme du martyre. 

Le fond du panneau est gaufré en relief et doré 
et simule une arcature ogivale. 

Panneau. 1 m. 65 cent.; larg., 48 cent. 



J 



Iv 



f,$*^ 



— 94 — 



TINTORETTO 

(JACOPO ROBUSTI, dit LE) 
Né à Venise, en 1 5 1 2 , mort en 1594 

142 — Portrait d'un Financier. 



Il est debout, de grandeur naturelle, vu jus- 
qu'aux genoux, la tête de trois quarts tournée 
vers la gauche, cheveux grisonnants, barbe 
rousse, vêtement en soie noire, garnie de four- 
rures; il désigne du doigt les balances posées sur 
une table auprès d'une figure en bronze doré 
représentant la Fortune, des ailes aux pieds et 
marchant sur un globe. 

Superbe peinture provenant de la collection du 
cardinal Fesch. 



Toile. Haut., 1 ni. 10 cent.; larg., g5 cent. 



ÉCOLE MODERNE 



BELLANGE 

(HIPPOLYTE) 



14 j — Le galant cavalier. 



Un officier de mousquetaires s'approche d'un 
balcon pour baiser la main d'une dame, tandis 
que son cheval piaffe d'impatience. 

Haut., 45 cent.; larg., 37 cent. 



BELLANGE 

(HIPPOLYTE) 

1 44 — Petite bûcheronne. 

Haut., 18 cent.; larg. 12 cent 



<z^v 



"? 



- 9 6- 



BONINGTON 



14$ — Louis XIV recevant le prince de. 
Condé. 



fC ?r 



v 



v" 



Belle esquisse ayant fait partie de la galerie du 
Palais-Royal et sauvée de Pincendie de 1848 
dont elle porte encore des traces. 

Signé du monogramme. 

Haut., 45 cent.; Iarg.; 58 cent. 



BONINGTON 

146 — Paysage au bord de la mer. 

Haut., 22 cent.; Iarg., 34 cent. 



BONINGTON 

147 — • Le cabinet du minisire. 

Etude d'intérieur. 

Haut., 27 cent.; Iarg., 35 cent. 



97 — 



BONINGTON 



148 — La gamme d'amour. 

Aquarelle. 



t» / 



BONINGTON 

149 — La cascade. 

Aquarelle. 

COUTURE 

150 — Tête de Femme. 

Haut., 40 cent.; larg,, 33 cet t, 

DAUBIGNY 
1 *) 1 — Etude. 

Faite d'après le « Buisson » de Ruysdaël, le cé- 
lèbre tableau du musée du Louvre. 

Dessin rehaussé. 

i3 



U*S 



-98- 



DECAMPS 



i J 2 — Paysage. 



Un cours d'eau traverse la prairie où un che- 
val blanc est en train de paître ; olus loin le co- 
teau boisé est surmonté d'un château fort qui se 
découpe sur un ciel bleu, marbré de légers 



nuages blancs. 



Haut., 14 cent.; larg., 17 cent. 



- 99 — 



DECAMPS 
i jj — Arabes à la fontaine. 

Aquarelle. 



éï «J 



DELACROIX 

(EUGÈNE) 



154 — Mort d'Hassan. 



« Il est étendu sur la terre levisage tourné vers 
le ciel ; son œil encore ouvert menace son 
ennemi, comme si la mort y avait laissé survivre 
la haine.» 

[Le Giaour, Lord Byron.) 

Haut., 3a cent.; Iarg., 40 cent. 



<V 'S *-^ 



DELACROIX 

(EUGÈNE) 



1 ^ — - Cheval attaqué par un tigre. 

Le cheval a été renversé sur le dos et le tigre, 
qui Ta saisi à la gorge, lui déchire le poitrail 



avec ses griffes. 



Haut., 33 cent.-, Iarg., 43 cent. 



Jtf^ 



100 — 



DELACROIX 

(EUGÈNE) 



1^6 — Hercule et Antée. 

Antée, soulevé de terre par Hercule, renverse 
sa tête en arrière. Une femme, portant sur la tête 
une couronne de tours, se roule à leurs pieds ; à 
gauche, un fond de montagnes. 

Haut., 3o cent.; larg., 44 cer.l. 



DELACROIX 

(EUGÈNE) 



pj 



\tfl — Son portrait par lui-même. 

Haut., 35 cent.; larg., 26 cent. 



DELACROIX 

(EUGÈNE) 

i<,8 — Portrait du jeune Pellerin, lauréat 
du concours pénéral de 1825. 

Haut., 60 cent.; larg , d.8 cent. 



^ô 



— lor — 

DELACROIX 

(EUGÈNE) 

1^9 — Portrait de Boissard de Boisdenier. 

Haut., 60 cent.; larg., 48 cent. 

DELACROIX 

(EUG ÈNE) 

160 — Départ pour le Sabbat. 

Etude. 

Haut., 32 cent.; larg., 41 cent. 

DELAROCHE 

(PAUL) 

161 — Intérieur de son atelier. 

Haut., 40 cent.; larg., 32 cent. 

DELAROCHE 

(PAUL) 

1 62 — Quatre études pour le tableau « La C^^ 
mort du duc de Guise ». 



<W 



Aquarelles. 



Y* 



' 



— 102 — 

DE DREUX 

(ALFRED) 



lôj — La promenade. 



Haut., 42 cent. ;larg., 64 cent. 



FORTUNY 



164 — Arabe en prière. 

Aquarelle. 



FORTUNY 



165 — Le repos, étude. 

Aquarelle. 



GÉRICAULT 

66 — Cheval blanc. 



Haut., 44 cent.; larg., 55 cent. 



1O0 



GERICAULT 



167 — Bataille d' Austerlit^. 



Etude d'après le tableau de Gérard. 

Haut., 45 cent.; larg., 71 cent. 



INGRES 
168 — Angélique. 



<ir^ 



Haut., 1 mètre; larg., 72 cent. 



INGRES 
169 — Portrait de Ingres jeune homme. 

Haut., 60 cent.; larg., 47 cent. 



INGRES 

170 — Etude pour le tableau « Le aint 
Symphorien ». 

Haut., 35 cent.; larg., 3o cent. 



9> 






— 104 — 

JACQUET 

(GUSTAVE) 



171 — Tête de jeune fille. 

s-\ y^\>~S Haut., 34 cent.; larg . 24 cent. 

MARILHAT 

172 — Musicien arménien. 

Etude. 

Haut., 3i cent.; larg., 23 cent. 



? 



MEISSONIER 

, ij) — La lecture 

"Dessin rehaussé de gouache. 

MEISSONIER 



174 — La partie de cartes au corps de 
garde. 



Aquarelle. 



]o5 — 



MEISSONIER 



175 — Ugolin et ses enfants dans la Tour 
de la faim. 



MILLET 

(J.-F.) 



178 — Idylle. 



Haut , ib cent.; larg., 20 cent. 
'4 



J 






Sépia. 



MEISSONIER 

176 — Etude pour le tableau a iSoy ». 

Haut., i3 cent.; larg., 10 cent. 

MÉLIN 

177 — - Chien rapportant un faisan. 

Haut., 1 ni. 3o cent.; larg., 88 cent, 



? ^ 



10'J 



; 



^y 



fa 



i^ 



tâ 



MILLET 

(J.-F.) 



179 — Moine lisant. 



Haut, 27 cent.; larg., 21 cent. 



ROUSSEAU 

(THÉODORE) 



180 — Un marais en Bourgogne. 



Haut., 62 cent.; larg., 1 m. 04 cent. 

ROUSSEAU 

(THÉODORE) 



181 — Sentier dans les bruyères. 
fis 

Haut., 12 cent.; larg., 27 cent. 



ROUSSEAU 

(THÉODORE) 

, 182 — Etude de chêne. 

Haut., 80 cent.; larg., 99 cent. 



— 107 — 

ROUSSEAU 

(PHILIPP.E) 

18} — Pigeon ramier. 

Haut., 33 cent.; larg., 40 cent. 



SCHEFFER 

(ARY) 

18$ — Mignon songeant à la patrie. 

Haut., 3u cent.; larg., 2^ cent 



^ 



H> 



ROYBET 
184 — Le repas de la Zingara. 

Une jeune femme au type bohémien est assise 
près d'une table contre laquelle est appuyée une 
guitare et où se trouvent posés des fruits et des 
liqueurs. 

Daté i865. 

Haut., 1 m, 12 cent.; larg./84 cent. 



V 



1 l) 



— io8 



TROYON 



?ï ^ 



1 86 — Coup de soleil avant l'orage. 



Un rayon de soleil traverse un ciel chargé de 
nuages sombres et éclaire une partie delà plaine. 
Quelques vaches disséminées dans la prairie 
viennent s'abreuver dans une petite mare. 

Haut., 25 cent.; larg., 32 cent. 













W***** 






Vâiu IBP 

, Wtmèm: ■ . ... 

. . 4 /WA.«a«Aa/^WViw> - " " 









ÏYrtjM 



ftfi A 









" v ' ' in ' paaaaaA/s 



An^fa^aElawSWN^lMCfaMîTi 



***** — . n WVWyywv^^ 



- A ««S£fiAiAA«/t*>*AAA< -- "' ' ■' . . ..- : 



5j%*VV*** 



9J?S»H 



it^iïMNvê^ 






W^WJ^WÎ^ ********** ' 









. ■ .r 






VA^>^- 



1 * A , A n 



m^wm 






H%mtitefa 









•'/îA'A' V\ 



mm^M 






A * A « 






* ». 

/AaaaAa/VV 









mMMM 



$^^ 



^W 



*WA 



IWA«A*a/5a« 



> **aa m* a 



•A*** , 



,a a *AA 






^$fo^^ 



rç^abeM 



r *u. ',.a .iAà Aa." ' --;^, „ 






Aa*Aa^^0^ 






'WtâùM&itâi 



" ^ A A A r '^ £ A Aft 

flAAÀ-' 



ViââUiàll 



*Î^A 



^A,W 






->^^%>aa. W ^IΠ

--• '» -•*., .' A A'; . a ■- . - î C r BVC * . *aà 



sVâViVtTâi 



■Wtfffiffi 



A « "A « , - 






^-^—^AAa, 









^^m^f^m 



;:o'J.W 






AaVa- ^aAA,, 



^?aaa*a^a%; a à*^î 

- «A «A > Aa'Ha, 



>-\a.* 






u^^WYYRv 



^VT«VAVA.^ r AV.âiAVâVUHS 



«AAA.< 

âaa a a % :a ~- 



)aaa^aaa Xf 









%^tU t 



.,*/:** 



;?i»iiiiSÂÂ 






: è£Âk*fWWh 



AA^A* 



wuuâââU* 



k«*&# 









ÂWfoti*» 



n AAn A n ' '" 



^.^w^rass^s 









^nAÂÂ*AA?;ÂÂ^ 



wifMm^^ 1 



^ïfflSft 



:8a^ 






n A /> ' A » 

\A^AA: i aaA*AA. 



hmtt^ 1 



Aa Va 









MtfàiïkfiÀMP 



' s *«Aa 



fil' 

Va'aA,AaAA 



Sfi«û^ 



®!m^ 



iTOâWffl 



Afl.AV Aa' 



i n^%^,^AM 



. *..-;o:; 



VaaAaAA^a^W 



-^ "'- ' • - - aAA a AAa:22,aa,. & ^ Uââ k A A 

■.'.«.^•-'■"'A'AAA*;"'--; .„ ....... 



A A A .■ - » A " A 

v A à a .•£ .b *•/- 



VYJaaaOaw 



^^^fiflaSaii^ 



l'à'.VâVâV 






AA^AA^AaM/ 



M^AA-aa/ 



..4a a a 



"' >■ 



J ' 



mm